Survie grâce au Cloud : trois cas d’école

Le passage au télétravail durant la crise sanitaire a poussé les entreprises à recourir massivement aux solutions Cloud. Du dispositif « juste à temps » au renforcement d’une stratégie Cloud mûrement pensée, voici trois cas d’école dans lesquels le nuage a été le pilier de la continuité d’activité.

MAE : la prise en main depuis le cloud de l’environnement de travail

La priorité de la MAE (Mutuelle Assurance de l’Éducation) durant la crise sanitaire a été de fournir à ses assurés les informations relatives à leurs contrats dans les meilleurs délais. Cela impliquait d’assurer, d’une part, la continuité d’activité des services administratifs et, d’autre part, la communication avec les délégués des 93 départements dans lesquels la mutuelle est implantée. La DSI de la MAE a donc fait le choix du cloud avec la solution Flexible Workspace Remote Access. Ainsi, 120 collaborateurs ont pu accéder depuis internet à leur poste de travail resté dans l’entreprise. Seul le cloud permet une telle prise en main simple et rapide.

Côté DSI, deux machines virtuelles ont été intégrées à l’infrastructure pour pouvoir se connecter au cloud. Un logiciel a par ailleurs été installé sur les postes de travail de bureau. Et côté collaborateur, un portail d’authentification donne accès à l’environnement de travail depuis n’importe quel terminal via une simple liaison internet. Enfin, les données sont cryptées afin que les collaborateurs puissent télétravailler en toute sécurité.

Keolis : l’interface client, par téléphone et internet, administrable depuis le cloud

Keolis Bordeaux Métropole a vu son réseau de transports fortement impacté par la crise sanitaire. Ses cinq agences dédiées à la vente des titres et au renseignement des passagers ont dû fermer leurs portes. Les flux des communications se sont alors reportés vers son site internet, ses réseaux sociaux et son Centre d’Information Téléphonique (CIT). Ce plateau téléphonique gère environ 50 % des contacts client. A l’annonce du confinement, il fallait absolument que la quinzaine d’agents du CIT soient en mesure de répondre depuis leur domicile aux usagers. Comment faire ?

Keolis a alors opté pour Flexible content center, une interface 100 % cloud, administrable à distance. Cela permet de gérer toutes les interactions clients et de modifier 24h sur 24 les messages du serveur vocal, lequel traite la moitié des flux journaliers.

L’autre moitié des appels, portant sur des questions plus spécifiques comme les abonnements ou les choix d’itinéraires, a été automatiquement orientée vers les mobiles professionnels des agents en télétravail. Le tout de manière transparente pour l’usager. Avec 92 % de taux de prise d’appels versus 88 % en temps normal, l’activité du CIT a ainsi été assurée via le cloud, sans perte d’efficacité, et en respectant les mesures de distanciation et de confinement.

Saretec : la multiplication des capacités de travail

Bien avant le début de la crise sanitaire, l’expert en assurance Saretec s’est employé à bâtir une infrastructure informatique solide dans le cloud (Flexible Workspace IaaS Factory) permettant le télétravail de ses collaborateurs. Les événements se sont accélérés lors du confinement : 1 400 salariés ont dû passer en télétravail pour gérer 100 % des appels clients. L’entreprise a immédiatement contacté Orange Business Services pour multiplier par deux ses capacités de travail. Le nombre de serveurs virtuels est ainsi passé de 90 à 150 et l’espace de stockage de 20To à 40To.

Dans le même temps, le maintien en conditions opérationnelles des applications métiers a été assuré par le cloud Orang. L’entreprise n’a donc pas eu besoin de refondre ses systèmes : un simple élargissement de ses capacités lui a suffi pour supporter les pics de charge.

Les collaborateurs de Saretec ont ainsi pu continuer à travailler en toute sécurité et se concentrer sur l’essentiel : la relation client.