L’Administration face aux défis de la Blockchain

Partager

Les processus de certification aujourd’hui mis en œuvre par les administrations apparaissent toujours plus en décalage avec les aspirations de simplicité, d’efficacité, de rapidité et de transparence des administrés. La technologie Blockchain vient progressivement soutenir, voire se substituer aux chaînes de certification traditionnelles, coûteuses et complexes.

Ce billet de blog est issu du livre blanc blockchain qui sortira en mai 2019, proposé par Orange Consulting, entité d'Orange Business Services. Orienté cas d’usages sectoriels, ce livre blanc a pour objectif de mettre en exergue les réalisations concrètes dans les secteurs moteurs et ouvrir sur le potentiel blockchain. Nous vous proposons ce premier article sectoriel sur les cas d'usages et les défis de la blockchain dans le secteur public.

La Blockchain est à la fois un facteur de remise en question pour les administrations, et une opportunité de faire évoluer leur rôle opérationnel au sein de nouvelles chaînes de confiance. Alors, comment la Blockchain peut-elle permettre aux institutions de renouveler leur légitimité ? Quelle valeur ajoutée l’exploitation de cette technologie peut apporter dans la gestion des relations entre les administrations, les citoyens et les entreprises ? Quels sont les prérequis à atteindre pour permettre aux administrations de maîtriser cette technologie et d’en capter le potentiel ?

Offrir des services publics plus efficaces

Par l’enregistrement et la certification automatique des données collectées et progressivement enrichies, la Blockchain consigne dans un registre dématérialisé l’ensemble des actes et pièces constitutives d’un dossier administratif. Opérées sur une telle chaîne, les données rendues accessibles et intègres peuvent ainsi être utilisées en toute confiance et exploitées plus efficacement

Donner davantage de pouvoir aux usagers dans la gestion de leurs relations avec l’administration

En généralisant les Blockchains de façon transverse aux administrations, les citoyens et les entreprises peuvent accéder librement à leurs données et à celles de tiers. Ils peuvent également les échanger avec les administrations dans le cadre de leurs démarches, sans l’intervention d’une autorité publique centralisée pour en garantir l’intégrité et la bonne utilisation.

Accroître la performance publique en améliorant l’efficacité budgétaire de l’administration

Par la traçabilité et l’authentification forte des opérations et la sécurisation de l’intégrité des données qu’elle permet, la Blockchain fournit aux administrations les moyens d’être plus efficaces dans leur action budgétaire : lutte contre la fraude, traçabilité de l’affectation de la dépense publique et de l’utilisation des fonds…

Réarticuler les missions, organisations et modes de travail actuels des administrations pour développer de façon pérenne cette technologie

L’application de la Blockchain au sein de l’administration ne se passera pour autant pas de certains prérequis. D’une part, la doctrine adoptée par les administrations en matière de contrôle et de certification devra être clairement définie et faire l’objet d’un soutien du public et des agents de l’Etat. Ceci permettra, en redéfinissant le rôle des administrations et en instituant la Blockchain dans leurs modes de travail, d’optimiser les processus.

Il faudra, d’autre part adapter les organisations à ces chaînes de certification, car celles-ci devront mettre en œuvre des processus capables de s’appuyer sur les futures solutions pour en tirer le meilleur parti. Or, ces processus nécessiteront des ajustements qui pourront avoir des impacts sur les missions des services, l’allocation de leurs ressources et de leurs compétences.

L’ampleur de la transformation à mener constitue un défi de taille pour les administrations mais il est à la hauteur des enjeux et des nouvelles possibilités offertes par ces nouvelles chaînes.

300x300_portrait-clement-le-neveu-dejault.png
Clément Le Neveu-Dejault

Manager chez Orange Consulting, j’interviens auprès des acteurs publics pour mettre en œuvre la transformation numérique de leurs métiers et concevoir de nouveaux services à destination des citoyens et des agents.