Le numérique au service de la ville inclusive

Partager

La ville inclusive intègre les principes de la smart city auxquels elle ajoute une dimension sociale et solidaire forte. Dans cette ville, le numérique est au service du mieux-vivre pour tous, du développement d’une économie solidaire et du participatif. La ville inclusive est aujourd’hui considérée comme une réponse aux défis du XXI siècle. 

Qu’est-ce qu’une ville « inclusive » ?

Au sein même du développement des smart cities, le concept de ville “inclusive“ devient de plus en plus central. Cette ville intègre les principes de gestion des ressources énergétiques, alimentaires, environnementales et économiques de la smart city, auxquelles elle ajoute une dimension sociale et solidaire forte. La ville inclusive est une ville attentive aux pratiques et attentes de ceux qui y vivent, y circulent et y travaillent, et soucieuse des populations les plus fragiles.

Mutualisation, partage et participation sont les maîtres mots de cette ville dont l’objectif est d’inclure « tous » les citoyens et d’améliorer la qualité de vie de chacun.

Numérique : socle de la ville inclusive

La ville inclusive s’appuie sur les technologies numériques. Le numérique et plus particulièrement le smartphone sont d’abord un excellent moyen pour la ville de se rapprocher des citoyens et des touristes.

Elle utilise ce nouvel écran pour rendre « smart » ses principaux services urbains et ainsi faciliter l’accès aux informations. Le but est d’informer sur les infrastructures locales, les événements, la vie municipale, mais aussi rendre des services concrets, consulter les citoyens sur des choix collectifs ou encore dématérialiser le paiement et l’accès.

Nous avons d’ailleurs choisi chez Orange d’appeler notre plateforme de gestion des services urbains dédiée aux villes « MaVilleDansMaPoche ».

Au cœur de la ville inclusive, le numérique contribue au lien social, au travers par exemple de plateformes d’échange et d’entraide entre voisins, y compris les plus isolés.

C’est un vecteur d’insertion ou de réinsertion dans le monde du travail. Des programmes tels que « #Supercodeurs » ou « Maisons Digitales » chez Orange permettent respectivement aux plus jeunes et aux femmes isolées de se former au digital dans un but professionnel. Se familiariser avec le numérique peut aujourd’hui apporter une véritable autonomie économique.

Le numérique pour Orange c’est aussi des Fablab développés dans des zones de solidarité, et des espaces de co-working dans des lieux excentrés, pour rationaliser les trajets des collaborateurs et créer sur place une nouvelle source de vie et d’économie. C’est aussi une façon de rompre avec l’isolement du travailleur indépendant et une formidable opportunité de faire des rencontres pouvant donner lieu à des collaborations professionnelles, des co-constructions, des co-innovations.

Le numérique donne ainsi la possibilité aux citoyens d’être acteurs de la vie de la cité, de prendre part à la vie municipale et à la collectivité.

Une source d’innovation inépuisable

Cette ville “inclusive“ et les outils numériques qui la constituent ont la capacité de rassembler l’ensemble des acteurs de l’écosystème: élus, industriels, entreprises, startups, commerçants, organismes publics, associations ou lieux culturels…

Il s’agit donc de développer des plateformes ouvertes, évolutives et protectrices pour que chacun trouve sa place et co-construise. Les acteurs plus établis permettent ainsi d’accélérer l’accès à la demande pour les nouveaux entrants.

Les données issues des applicatifs mais aussi des réseaux sociaux par exemple peuvent, une fois rendues anonymes, être analysées grâce au big data afin de répondre au plus près des attentes des citoyens. Elles sont restituées également sous forme d’open data. En y associant des techniques de « Privacy by Design » et de « Cyberdéfense », c’est-à-dire de protection des données personnelles et de protection des systèmes d’information, le cercle est vertueux.

La ville inclusive repose enfin sur l’internet des objets, qui, associé au big data et aux analyses prédictives, permet notamment une gestion intelligente des feux tricolores afin de désengorger certains axes routiers, la gestion de l’éclairage public en fonction de la présence ou non de personnes dans les rues, l’optimisation de la desserte des arrêts de bus ou encore la prévention d’un taux de pollution au regard du temps et du trafic routier. Elle facilite également la résilience.

Elle ne se contente pas du prisme technologique et économique. C’est une ville ouverte, participative qui s’inscrit dans une logique d’économie sociale et solidaire, au service du mieux-vivre ensemble.

Delphine

Pour aller plus loin

[e-Book] Découvrez nos solutions pour des villes 100% connectées

La place des villes dans notre mode de vie connecté

« Il n'existe pas un modèle de smart city, mais des projets adaptés aux besoins de chaque ville »

[Témoignage] Mairie de Toulouse. S'appuyer sur le Wi-Fi pour transformer les citoyens en acteurs de la smart city

 

Delphine Woussen

Je dirige l’entité Smart Territories d’Orange Business Services. J'ai rejoint le Groupe en 2005 pour accompagner notamment le déploiement en Europe de la livebox et de la voix sur IP.
Auparavant, j'ai fait six ans de conseil en stratégie chez CagGemini Consulting et contribué au lancement d’Iridium en France chez Motorola.