Villa Bonne Nouvelle : les collaborateurs s'adonnent au corpoworking

Partager

Blurring, slashing, management 3.0, slow business, agilité, mode projet… le monde du travail change et demain, les collaborateurs évolueront dans des espaces de travail réinventés où leurs modes de travail seront régis par de nouveaux codes.

La Villa Bonne Nouvelle permet de mieux comprendre ces mutations en proposant à une soixantaine de participants - internes et externes - d’expérimenter sur une période de 9 à 12 mois, le « corpoworking » (contraction des mots « Corporate » et « Co-Working », il s’agit d’un espace de travail ouvert et partagé, au sein d’une grande entreprise).

Un laboratoire pour les collaborateurs Orange

« Cet espace de 350 m2 situé au cœur du quartier du quartier de la ‘Silicon Sentier’- centre névralgique de la French Tech Parisienne - constitue un poste d’observation privilégié pour le Groupe Orange », comme l’explique Maya Serigne, Directrice Innovation, Organisation du travail et  Data Intelligence RH d’Orange.
 

Non seulement la Villa Bonne Nouvelle permet au Groupe Orange une ouverture vers l’extérieur en étant très connectée à l’écosystème des Start Up Parisiennes, mais cet espace permet surtout de comprendre en profondeur les codes et les modes de fonctionnement de ces structures très différentes d’un grand Groupe. A l’instar des Start Up, les équipes d’Orange travaillent de plus en plus souvent en mode projet. Il est donc fondamental  de comprendre ces nouveaux modes de travail et modèles organisationnels, et de s’en inspirer. C’est exactement ce que permet la Villa Bonne Nouvelle.  

Cet espace s’est imposé comme « un incubateur de la transformation culturelle des collaborateurs d’Orange », indique Magali Lahourcade-Siccardi, Feel Good Manager de la Villa Bonne Nouvelle, dont le rôle est d’essaimer les bonnes pratiques collaboratives repérées.
 

« Nous avons besoin d’attirer les meilleurs talents, d’adopter de nouvelles postures et de prendre en compte la qualité de vie au travail. Et nous partons du constat qu’il est compliqué de collaborer sans se connaître, de donner du temps à une personne avec qui aucun lien hiérarchique direct n’existe, notamment avec le développement du travail en mode projet. Ce que nous privilégions donc à la Villa c’est de mettre l’humain au centre de notre démarche. Avant de faire du collaboratif, nous faisons du collectif » Magali Lahourcade-Siccardi

Comment ça marche ?

L’espace, conçu comme une coquille vide, permet aux occupants de se le réapproprier.  Ce sont les résidents qui « FONT » le lieu, et le mobilier peut bouger au gré des besoins. Seule la cuisine collective et le salon restent fixes. Dans ce grand espace ouvert, chacun dispose d’un casier et d’un caisson à roulettes et a accès à une salle de repos toute proche.

Les résidents en provenance d’Orange, un manager et ses équipes, sont sélectionnés sur la base du volontariat, pour l’intérêt qu’ils ont à utiliser les lieux pour le développement de leur projet.
 

 « A titre d’exemple, nous avons accueilli le projet « cooper’on », dont l’objectif était la création d’un dispositif d’Orange France pour mieux coopérer, illustre Magali Lahourcade-Siccardi. L’équipe avait besoin d’un marketeur, d’un consultant, d’un développeur, d’un designer et d’opérationnels. Le projet aurait mis plus de temps à se monter si nous ne les avions pas hébergés. Il était plus simple et plus efficace pour eux de se retrouver dans un même lieu, et c’était aussi l’occasion d’expérimenter d’autres méthodes de travail».

 

Thumbnail
 

Quant aux start-uppers et free-lances externes, ils sont « recrutés » en fonction des valeurs qu’ils peuvent insuffler pour créer du collectif. « Cette année, notre nouvelle promotion est placée sous le thème « business and happiness », nous avons donc choisi des personnes investies sur la problématique de la QVT (Qualité de Vie au Travail), de l’accompagnement au changement et du coaching en entreprise », explique Magali Lahourcade-Siccardi.

Les résultats ?

« Nous avons d’abord  fait le constat que sans collectif fort, il n’y a pas de collaboration possible. Nous co-construisons donc toute notre démarche avec la communauté de nos résidents, nous favorisons les méthodes agiles, le design thinking et l’intelligence collective afin que chacun se sente impliqué dans le projet collectif de l’espace. Naturellement, cela favorise l’émergence de méthodes de management différentes, car la voix de tout le monde est prise en compte, et les managers se retrouvent au même niveau que leurs équipes, travaillent physiquement parmi eux. Il n’y a plus de réunions -sauf de brainstorming- et on échange moins d’e-mails. De fait, le manager se retrouve d’avantage dans une posture d’accompagnement, plus que de commande et de contrôle classique »

Magali Lahourcade-Siccardi

 
De plus, la Villa Bonne Nouvelle se présente comme un lieu d’apprentissage privilégié, puisque, au contact des autres, chacun accède à un panel considérablement élargi de compétences (« hard skills » et « soft skills »). Par exemple, cette année, un collaborateur d’Orange en thèse au CNAM (Conservatoire national des Arts et métiers), va mener une expérimentation au sein de la Villa sur les compétences expérientielles et fournir des ROI sur ce sujet.

Un espace unique de  « test and learn » pour le groupe Orange

« Pendant la saison précédente, nous avons hébergé la start up Bloomin, et testé pendant un an leur plateforme permettant aux entreprises de suivre et de piloter l’expérience salarié. Cette année l’outil Bloomin sera généralisé sur le campus Orange Garden auprès des quelques 3 000 collaborateurs du site » explique Magali Lahourcade-Siccardi.

 

Enfin, concernant l'aménagement de l'espace, il a été analysé que le changement de postures pour travailler (autour de la table de la cuisine, en mode stand up, ou dans le salon) permettait plus de créativité et d’échanges. « Nous proposons donc une variété d’espaces ouverts et fermés, et du mobilier adapté, avec une grande flexibilité d’usage pour les résidents ». De même devant le constat  que dans ce fourmillement d’idées permanent, les gens avaient parfois besoin de s’isoler pour se recentrer et se concentrer du mobilier permettant de s'isoler et de passer des appels personnels a été ajouté.
 

« Nous sommes également très au fait des dernières techniques de méditation, de micro sieste et de détente rapide, très en vogue chez les start uppers et freelance, permettant une meilleure concentration, et un coup de fouet express dans la journée, et de fait, plus de productivité » ajoute  la Feel Good Manager de la Villa Bonne Nouvelle

 

Forte de toutes ces analyses et apprentissages, la Villa Bonne Nouvelle se veut force de proposition pour l’ensemble du Groupe Orange, directement en lien avec le plan stratégique Essentiels 2020, prônant une expérience salarié « digitale et humaine » exemplaire. 

 

Pour aller plus loin

>> Le digital workspace, ce nouvel état d'esprit pour les collaborateurs !

>> Télétravail : du bureau à la maison, il n'y a qu'un pas