La 5G donne un coup d’accélérateur au cloud

Partager

En passe de bouleverser de nombreux secteurs d’activité, la 5G devrait grandement accélérer le recours au cloud pour l’infrastructure IT des organisations. La preuve avec trois cas d’usage.

Vers des communications unifiées plus fiables

Les services de communications unifiées gagnent du terrain : les entreprises sont séduites par l’unification de la téléphonie, de la bureautique, du collaboratif et de la vidéo qu’elles synchronisent et transfèrent vers le cloud.
Nous sommes entrés dans l’ère de l’UCaaS (Unified Communication as a Service) et du CPaaS (Cloud Plateform as a Service) à l’usage flexible et aux coûts modulables. Les débits de la 5G ouvriront des perspectives d’usages inaccessibles avec les technologies d’aujourd’hui. L’augmentation de la bande passante et de la couverture devraient par exemple permettre de meilleures communications pour les utilisateurs distants et mobiles utilisant régulièrement la vidéo conférence. Elle sera aussi le socle de nouveaux usages comme le streaming vidéo ou les plateformes de collaboration.

Les données mobiles vont exploser, le cloud est là pour les accueillir

Les applications nouvelles permises par la 5G et les usages mobiles qui en découlent vont faire bondir la quantité de données échangées. Le cloud et ses infrastructures extensibles « on demand » apportent une réponse convaincante aux problématiques de stockage de cette data. La continuité de services des applications critiques, permise par une 5G distribuée en fonction des usages, assurera aux collaborateurs en mobilité un accès aux datas et aux applications stockées par l’entreprise avec une latence quasi nulle.

Déployée en complément de réseaux locaux de type LAN en fonction des besoins des entreprises, la 5G pourrait faire du smartphone (ou de la tablette) l'interface de travail préférée des salariés. D’autant que les fabricants devraient s’attacher à rendre les mobiles de demain encore plus attractifs, avec des systèmes de reconnaissance vocale avancés ou des écrans à la résolution toujours plus haute.

La nécessaire convergence cloud/IoT/big data/5G

De plus en plus d’industries utilisent les capteurs connectés pour mesurer leur activité. La collecte d’informations sur la productivité, l’humidité d’un site de production, l’usure des machines ou le suivi des produits sont monnaie courante et une majorité de ces datas est stockée dans le(s) cloud(s) de l’entreprise.

Pour certains usages et en complément du cloud centralisé, l’edge computing permettra de rapprocher les capacités de calcul et de traitement au plus proche de la production des données, sur le site de l’entreprise. Ceci afin de disposer d’une latence la plus réduite possible pour des besoins critiques en temps réel, pour des raisons de contrôle des données en matière de confidentialité ou encore pour optimiser les coûts liés à la forte croissance du trafic. Cette tendance va s’amplifier avec la 5G, un réseau au service du web des objets : sa puissance va démultiplier la quantité de données récoltées mais également la rapidité avec laquelle elles seront transmises.

La 5G va en outre renforcer les capacités d'analyse de données en masse telles que nous les connaissons aujourd’hui avec le big data et l’intelligence artificielle. En ligne de mire : une vision globale de l’activité doublée d’un ajustement en temps réel et d’une massification des communications de machine à machine (M2M). Certains produits et solutions du futur, comme la voiture autonome, ne pourront exister que grâce à cette immédiateté : elles seront entièrement tributaires de cette convergence entre cloud, IoT, big data, IA et 5G.

 

Pour aller plus loin