Software-Defined Data Center : l’état de l’art

Partager

La recherche des entreprises à renforcer l’agilité de leurs portefeuilles d’applications et la continuité de service, amène les infrastructures à accélérer leurs propres transformations. La stratégie actuelle qui se détache abonde vers l’hébergement hybride (mixe, privé et publique), en tenant compte des solutions cloud en mode privé ou public (+5% par an).

Qu’est-ce que le Software-Defined Data Center (SDDC) ?

Le Software-Defined Data Center s’entend comme une amélioration de l’urbanisation des infrastructures IT as a service. Sur l’ensemble des composants traditionnels d’une infrastructure, tels que serveurs, stockage, réseau ou firewall, le SDDC apporte son lot de nouveaux services agiles. On note en particulier, l’apport en matière d’allocation dynamique de ressources ou d’e-facilities, telles que l’énergie. Un des enjeux majeur du SDDC s’affirme donc comme une optimisation des ressources réparties de plus en plus sous forme d’architectures en Cloud privé, public ou mixte.

Les 5 briques du SDDC

Le SDDC peut être modélisé en 5 services principaux (source Garner) :

 

Une orchestration de l’ensemble des briques est nécessaire. Pour ce faire elle nécessite un outil d’hypervision. A ce titre, seul VMware propose une orchestration globale de l’ensemble à l’aide de sa technologie V-Sphère. A l’origine destiné à gérer les parcs de machines virtuelles, le système a évolué vers la prise en charge de la gestion de containers (VIC - V-Sphere Integrated Container). L’hyperviseur sait également prendre en compte la gestion du réseau (NSX) et la gestion de stockage (vSAN). D’autres constructeurs comme Cisco proposent des solutions, telle que Cisco ACI. Cette dernière bien qu’équivalente à V-Sphere, reste en retrait. Il existe également des solutions de type open source, telles que Kubernetes sur base d’Openstack.
Quels que soient les acteurs, le support des e-facilities reste encore séparé en matière d’orchestration. Les acteurs spécialisés dans ce domaine sont notamment, Schneider Electrique et Nlyte Software. Il existe également d’autres solutions d’orchestration de type DCIM (Data Center Infrastructure Management) intégrant le support des e-facilities.
Notons enfin que le Software Defined Data Center s’appuie également sur un jeu d’APIs. Il offre la possibilité de s’interfacer sur mesure avec les différentes briques du Cloud. Il devient alors possible d’aller très loin dans l’interopérabilité avec les solutions propriétaires, telles qu’Amazon AWS (IaaS/PaaS), VMware (IaaS), Microsoft (IaaS) et le monde open source, comme Openstack (IaaS).

Alliance des acteurs : accélération de l’interopérabilité

A l’aube du 21ème siècle, les alliances ou rapprochements techniques se sont accélérées entre les acteurs de l’interopérabilité du cloud et en particulier sur les sujets IaaS et PaaS :

  • En 2012 l’adhésion de VMware comme Gold Member de l’Openstack
  • Fin 2016 l’alliance entre VMware et Amazone pour faciliter l’hybridation du cloud
  • Mai 2017 le partenariat technique entre VMware et sa solution Horizon Cloud Microsoft
  • Octobre 2017 l’alliance entre Cisco et Google sur le sujet du cloud hybride.

Conclusion

A l’heure actuelle, le SDDC ouvre de nouveaux horizons dans le domaine de la transformation digitale. Il offre un champ de possibilités étendu en matière d’accès aux services IT non éligibles au cloud. Il s’inscrit donc parfaitement dans une stratégie d’accélération et d’optimisation. On note tout particulièrement, que l’intérêt porté par les entreprises pour la virtualisation de container et l’optimisation énergétique, contribue encore plus à accélérer l’intérêt de la solution.

Pour aller plus loin

[Expert] Créer un plan de migration multi-cloud

Optimiser la gestion des services cloud de votre entreprise

IT Flexible : faut-il choisir entre flexibilité et sécurité ?

Nicolas Ponsot
Nicolas Ponsot

Manager de projet et Business Developer en transformation IT chez Orange Consulting, j'anime une communauté de compétences autour de la transformation de Datacenter vers le cloud hybride. Je développe une offre de service de transformation Datacenter et pilote une partie des missions de stratégie de transformation IT et/ou de mise en œuvre.