DevOps deuxième souffle : l’expérience d’Orange Business Services

Cela n’échappe à personne : le DevOps est partout. Cette notion est abordée par les leaders de l’innovation digitale, mais rencontre pourtant des succès mitigés par certaines entreprises et conduit même parfois à la déception.
La clé du succès ? La création d'une culture partagée DevOps. Eclairages, avec le retour d’expérience de l’entité « Digital & Data » d’Orange Business Services.

Mise en place d’une culture DevOps

Il y a quelques années, nous nous sommes posé une question simple :
« sommes-nous vraiment DevOps et que nous manque-t-il pour l’être pleinement ? »
Pour répondre à cette question, nous sommes partis de nos objectifs internes :

  • Comment être plus efficace pour nos clients ?
  • Lorsque nous sommes pilotés par les coûts, comment réutiliser ce qui fonctionne bien ? Et comment l’améliorer ?
  • Lorsque sommes pilotés par les délais, comment gagner du temps et de l’efficacité ?
  • Sachant que la qualité est une valeur essentielle de groupe Orange, comment l’assurer sur les projets de développements logiciels ? Maîtriser nos livraisons ? Avoir du feedback sur nos travaux? Continuer d’accompagner et rassurer nos clients après les mises en production?
  • Comment donner plus du sens à nos missions, placer l’humain au centre de nos solutions ?
  • Comment être source d’innovation pour nos clients ?

Cette liste d’objectifs internes est devenue le « cahier des charges » des équipes de notre Business Unit « Digital & Data ». Elle nous a servi à identifier nos forces et faiblesses.

DevOps et outils ?

Nous étions déjà bien outillés avec la plupart des outils des à l’état de l’art (open source ou éditeur) du marché : Docker, Kubernetes, Ansible, gitLab …. Et les évolutions sont régulièrement prises en compte. Ce n’était donc pas de ce côté là qu’il fallait axer notre réflexion.

DevOps et Cloud ?

Nous développons des applications sur tous les cloud providers du marché, et notamment sur Flexible Engine, notre solution de cloud souverain.
Côté PaaS, nous sommes familiers de Cloud Foundry, d’OpenShift et de platform.sh. Le DevOps est-il réellement dépendant de l'infrastructure cible ? D’après nous, non, et ce n’était pas là non plus qu’il fallait déployer nos efforts.

DevOps et méthodes ?

Nous sommes bien affutés aux méthodes ISO, CMMi, ITIL, TTM, Agile, Safe, Scrum. Elles n’ont plus de secret pour nous. De surcroit, nous mettons en œuvre plusieurs niveaux de pilotage : processus, programmes et projets.

DevOps et compétences ?

Nous sommes certes bien outillés, mais une problématique se posait souvent à nous : qui maîtrise tel ou tel outil ? Qui peut choisir un IaaS ou un CaaS ? Qui peut accompagner à sa configuration ?
Pour pallier cela, nous avons mis en place une « Direction Technique » en complément de notre DSI (orientée technique logistique et moyens). Cette DT s’occupe de l’outillage et l’industrialisation pour nos métiers de production. Toutefois, au début, elle était cependant rarement en amont des projets et ses préconisations étaient parfois écartées.
Or tout l’intérêt de la culture DevOps repose sur un retour d’expérience quasi systématique sur tous les nouveaux sujets. C’est donc ce que nous avons mis en place entre la DT et la DSI : des échanges réguliers au cours desquelles la DSI alimente la DT pour qu’elle industrialise telle ou telle pratique ou tel outil mis en œuvre dans un projet.

DevOps et équipes ?

Chez « Digital & Data », les développeurs et les ingénieurs systèmes communiquent régulièrement, en présentiel ou à distance. Les échanges sont fluides, parfois vifs, et toujours avec un même objectif : satisfaire le besoin du client.
Cependant, l’automatisation systématique entre les outils, la mesure régulière de notre efficacité et le recours à des outils de collaboration modernes n’étaient pas encore systématiques. Globalement, il nous manquait ce «petit plus » de « culture DevOps ».
Alors, comment s’y prendre concrètement ? Notre expérience dans le second billet de blog.

 

Pour aller plus loin

Julien Dallier
Julien Dallier

Je suis spécialiste du secteur transition Cloud (Privé/Public), du Service Managé, de l’Orientation Utilisateurs sans gaspillage (LEAN client) et de la mise en place d’API temps-réel dans les SI de nos clients chez Orange Business Services dans la BU Digital&Data. Orientée devOps, mon équipe accompagne de manière transverse.