Entrepôt 3.0 : quand le digital optimise la gestion des stocks

Partager

Rentabilité, productivité, réactivité… la gestion de l’entrepôt répond aux mêmes impératifs qu’un site de production. Les entreprises doivent s'adapter à cette nouvelle donne. L’objectif ? Faciliter, grâce au digital, la gestion des stocks, des commandes et synchroniser l’information entre les sites.

Des entrepôts connectés

Selon une étude de Zebra Technologies, 55 % des fournisseurs ont opté en 2015 pour une solution intégrée et complète de gestion des entrepôts. 75 % jugent cet effort impératif à l’horizon 2020. Les logiciels de type WMS (Warehouse Management System) apportent une avancée majeure dans la digitalisation de l’entrepôt. Ils traitent les informations concernant les entrées et les sorties de marchandises et les font remonter de manière centralisée. L’entreprise connaît l’état de ses stocks en temps réel. Le WMS est capable de planifier, ordonnancer et piloter l’ensemble des activités pour fluidifier les process. Un outil intelligent devenu l’assistant indispensable à l’optimisation des flux.
Le rythme de croissance accéléré de certaines entreprises entraîne un déploiement rapide de nouveaux entrepôts. Orange Business Services leur propose des services réseaux innovants comme Easy go network, une solution de virtualisation permettant la configuration automatique de réseaux à la demande. Un outil pour adapter son infrastructure digitale à l’évolution de son activité économique et aux innovations logistiques liées à l’IoT ou au Big Data.

L’inventaire réinventé…

La localisation des marchandises est l’un des enjeux clés de l’optimisation logistique. On assiste actuellement à une généralisation des solutions RTLS assurant leur géolocalisation grâce à un réseau d’antennes placées dans l’entrepôt. Associées aux solutions de marquage RFID, capables de mémoriser et de récupérer des données à distance, le RTLS optimise la traçabilité. Il permet de visualiser l’état des stocks depuis une application. Il devient possible de réaliser des inventaires automatiques en temps réel.
D’autres méthodes d'inventaire sont en cours de développement. L’inventaire par images par exemple. Cette technique permet de gérer les stocks de marchandises de façon plus efficiente à l’aide de caméras de lecture de code-barres et à une application d’analyse d’images. Les informations sont synchronisées dans un ordinateur qui enregistre, consolide, traite les données et les transmet au système de gestion de l’entrepôt.

Tendance : plus d’automatisation et d’anticipation

L'optimisation de la chaîne logistique de l’entrepôt passe de plus en plus par la mécanisation ou l’automatisation, déjà opérationnelle chez les géants du e-commerce.
Les dispositifs automatisés de préparation de commandes se développent : transtockeurs, stockeurs rotatifs ou miniloads routent les articles, déjà emballés, vers les préparateurs de commandes. Les trieuses automatiques répartissent les produits entre les magasins… Une automatisation qui génère entre 25 % et 30 % de gains de productivité ! Les technologies de type reconnaissance vocale optimisent aussi la performance des préparateurs de commandes (de 15 % à 30 %) et améliorent la qualité du service (diminution du taux d’erreurs). D’autres opérations comme la réception des produits et l’inventaire commencent aujourd’hui à bénéficier des technologies vocales.
Le recours au Big Data est également un atout de choix pour les gestionnaires d’entrepôts. En traitant les données capturées lors des inventaires et en les associant à l’état des ventes, les fournisseurs peuvent élaborer des prévisions précises sur les mouvements de marchandises. Avec son offre Datavenue, Orange Business Services est d'ailleurs au cœur du déploiement des data analytics et de l'intégration des objets connectés à la chaîne logistique de l'entrepôt.

En savoir plus