Connectivité en entreprise : que nous réserve l'avenir ?

Partager

L’évolution des réseaux d’entreprise n’en est qu’à ses débuts et devrait démultiplier les possibilités offertes. Pour nous donner un aperçu des tendances de demain, Pierre-Louis Biaggi, VP Réseaux chez Orange Business Services, nous livre ses prédictions.

 

Bien qu’il semble hasardeux de prédire la forme que prendront les réseaux de demain, il est d‘ores et déjà plus aisé d’identifier les attentes des utilisateurs, auxquels les opérateurs réseaux devront se conformer.

1_ Un effacement total des frontières entre LAN et WAN. Que les infrastructures clients soient hébergées au sein de l’entreprise, chez un opérateur ou dans des datacenters externalisés, cela ne devra pas impacter la performance du réseau. Le réseau passe à l’heure du « sans couture », quels que soient ses utilisateurs.

2_ L’ère du "self-service". Pour la DSI, plus besoin de s’inquiéter d’une possible réduction des performances et de la qualité de service, en cas de pic de consommation. Au réseau de s’adapter à cette exigence. Par exemple ? Si l’entreprise lance une campagne de marketing téléphonique à large échelle, le besoin de bande passante de son centre d’appel sera fortement accru pendant une période donnée. La DSI n’aura pourtant aucune demande particulière à transmettre à son opérateur : le réseau dans sa globalité (LAN, WAN, Cloud) s’adaptera automatiquement au besoin, en maintenant la qualité du service.

3_ Le réseau sera entièrement virtualisé pour se faire plus flexible, ce qui influencera aussi la manière de le « consommer »… et pour l’opérateur, de composer son offre. En bref, le réseau ainsi que toutes les fonctions associées (sécurité, accélération de flux…) ne sera plus proposé sous la forme d’un abonnement à une infrastructure, mais sur un mode « as a service » au même titre que certaines solutions logicielles. Ce mode de fonctionnement induira une facturation à l’usage : selon le nombre d’utilisateurs, selon la disponibilité requise par application (ERP, CRM, Mail) ou selon les fonctions utilisées.

4_ La sécurité constituera une brique du réseau et ne sera pas « patchée » a posteriori. Intégrées nativement au réseau, les fonctions de sécurisation gagneront en stabilité et en efficacité. Sans compter que la DSI pourra se décharger de sa gestion : une nouvelle avancée vers la disparition de toutes les préoccupations relatives à l’infrastructure !

Ces perspectives, se construisent dans la continuité des travaux déjà en cours, et en particulier la virtualisation du réseau, dont toute l’intelligence devient applicative, avec le SDN. Le réseau de demain se construit dès aujourd’hui !

Pour aller plus loin

>> Ce qu'il faut savoir sur les réseaux de demain
>> La connectivité dans l’entreprise et les nouveaux réseaux