Industrie 4.0 : Comment Siemens envisage la transformation digitale de l'industrie ?

Partager

J’ai regardé avec beaucoup d’intérêt l’interview  d’Antoine Garibal de Siemens France  qui décrit la manière dont les sites de production du groupe Siemens s’engagent dans la transformation digitale. Il y donne un très bon exemple de ce qui se passe dans le domaine de l’Industrie 4.0, ou Advanced Manufacturing. Le point sur le concept.

Antoine Garibal est Directeur de la Stratégie et du Développement de Siemens France.  Dans cette interview, il explique dans un premier temps ce qui est en jeu dans cette transformation :

  • la flexibilité est atteinte en permettant que chaque site de production soit capable de produire une variété de plus en plus grande de produits. Elle permettra, par exemple d’intégrer la production d’un nouveau produit directement dans les chaînes de production des pays où elle est vendue.
  • la productivité. Par exemple en diminuant les temps d’attente entre le moment où le client choisit les options de sa nouvelle voiture et le moment où elle est effectivement produite
  • le time-to-market  est amélioré grâce à la mise en œuvre d’un processus fluidifié entre l’ingénierie, l’industrialisation et la production. Cela vient faire échos avec ce que j’écrivais dans mon précédent article : Peut-il y avoir une transformation digitale de l'industrie ?

Antoine Garibal rappelle que la transformation digitale requiert un écosystème robuste de partenaires. Cela nécessite en particulier un réseau de télécommunication industriel, des softwares et des automates parfaitement intégrés entre eux. La standardisation est un levier essentiel pour faciliter cette intégration et la cyber-sécurité, un enjeu majeur.

Aujourd’hui, Siemens est l’un des acteurs clefs de la transformation digitale des sites industriels. On peut citer également  dans ce domaine General Electric, Schneider, Dassault Systèmes, Orange, etc.

Je vous recommande aussi cette vidéo:


 

L’importance de « l’écosystème » : numériser l’usine est bien l’affaire de plusieurs acteurs

  1. le design et l’ingénierie du produit
    En digitalisant les usines on s’attend à ce qu’elles fabriquent des produits plus variés. Cela a un impact sur le design produit qui doit concevoir la variété et aller jusqu’à la personnalisation. Les équipes en charge de l’industrialisation sont indispensables pour adapter les processus mis en jeu en utilisant au mieux les réseaux et les softwares de l’usine digitale.
     
  2. Le processus d’industrialisation pensé de bout-en-bout

Tous ceux qui travaillent dans l’usine sont les maillons clefs de la chaîne.
Leur façon de travailler va considérablement évoluer dans les prochaines années. Ils seront plus mobiles et pluridisciplinaires et utiliseront de nouveaux outils de travail comme les tablettes. La supply chain est également grandement concernée car la gestion de la production tout au long de la chaîne est transformée par la digitalisation.

Ainsi, comme Antoine le précise en introduction, l’écosystème technique doit être élargi pour :

  • permettre d’avantage d’interactions entre le suivi du cycle de vie du produit et  les systèmes de production et d’automatisation ;
  • s’appuyer sur un système de télécommunication capable de supporter les usages en mobilité et les objets connectés dans l’usines ;
  •  maîtriser les risques liés à la sécurité en utilisant les savoir-faire et solutions de cyber-sécurité adaptés ;
  • apporter le bon outil à chaque personne travaillant dans l’usine.

Maîtriser et accompagner l’expansion de l’écosystème de l’usine est indéniablement l’un des challenges majeurs des entreprises industrielles dans les prochaines années.

François

Pour aller plus loin
Peut-il y avoir une transformation digitale de l'industrie ?
Moderniser l’industrie française par la digitalisation : l’histoire de Siemens
Nos expertises Smart Cities : Transports intelligents



 

François Moreau de Saint Martin

Directeur des grands clients Industrie & IT depuis avril 2015, j’ai le plaisir d’accompagner la fascinante transformation digitale du secteur industriel. Auparavant, j’ai travaillé pendant 11 ans à la transformation digitale de la télévision et de la vidéo, comme directeur technique des services de contenus d’Orange puis comme directeur général de Viaccess Orca, société concentrée sur des technologies pour les opérateurs de services de télévision et de contenus.