Financement des start-up : des nouvelles du front, avec Adrien Chaltiel, CEO d’Eldorado.co

Partager

En attendant le Tech Off d’ Orange Consulting le 4 avril prochain qui permettra à nos clients d’assister aux pitch de 20 start-up de l’incubateur Télécom Paris Tech, nous avons interviewé des experts du monde de la Tech et des start-up, pour dresser un état de l’art de l’écosystème. Adrien Chaltiel, CEO et co-fondateur d’Eldorado et des Pépites Tech a répondu à nos questions.
Guillaume Baley : Bonjour Adrien, peux-tu nous présenter Eldorado et les Pépites Tech ? Que proposez-vous concrètement pour les startups et les entreprises ?

Bonjour Guillaume, Eldorado.co a pour mission de faciliter le financement des start-up et sociétés innovantes. Notre plateforme met à disposition de celles-ci l'ensemble des sources de financements publics et d'investisseurs privés. Les investisseurs peuvent accéder au dealflow le plus complet de startups en levée de fonds. D’un autre côté, notre équipe advisory dédiée accompagne les entrepreneurs dans l'ensemble de leurs opérations de financements complexes.

Les Pépites Tech, c’est l’annuaire officiel de la French Tech. Nous recensons toutes les start-up actives de la tech française gratuitement et tous les jours.

GB : Quelles sont, selon toi, les 3 grandes tendances actuelles dans l’écosystème des start-up ?

Tout d’abord c’est un écosystème en pleine croissance : les créations d’entreprises se multiplient, l’investissement privé a connu une croissance de 40% en 2018 pour atteindre 4 milliards d’euros, et l’Etat distille 10 milliards d’euros à travers la BPI notamment pour encourager l’écosystème.

Ensuite, le nombre de start-up actives de la tech (que l’on arrive à identifier grâce aux Pépites Tech) est de plus en plus important. Il y a environ 9000 start-up actives en France, dont 1800 créées en 2018. Enfin, la dernière tendance positive est la diversification des dirigeants qui lèvent des fonds : pour l’instant 9% sont des femmes, et ce nombre augmente. Par ailleurs, 65% des investissements se font en Ile de France, nombre en baisse, laissant de plus en plus de place aux régions.

GB : Ces dernières années nous constatons une recrudescence des levées de fonds, n’y a-t-il pas d’autres moyens de financements pour éviter une perte de contrôle aux fondateurs de start-up ?

Oui il existe d’autres moyens, comme par exemple les aides publiques débloquées par la BPI, les régions ou les départements parfois. Sur Eldorado.co nous les recensons toutes et notre algorithme vous permet de voir celles qui vous correspondent complètement selon la maturité de votre business. La France veut encourager ses start-up, et injecte ainsi des milliards dans l’écosystème : il faut en profiter, et Eldorado vous aide à identifier ces financements "alternatifs" à la levée de fonds via des parcours de financement adaptés.

GB : Certains annoncent un éclatement imminent de la bulle de financement des start-up en France et à l’international, qu’en penses-tu ?

Je pense que nous avons encore des années riches devant nous. Le gouvernement actuel encourage fortement le développement des start-up et les fonds se multiplient. Par exemple en 2018, il y a 30 nouveaux fonds de capital-risque qui se sont créés en France (nouveau fonds ou nouvelle génération d’un fonds existant). Cela n'empêche pas qu'une "correction" va s'opérer ces prochaines années, sans parler de "bulles". Car derrière tous ces projets, la grande majorité crée de la valeur dans de nombreux secteurs d'activité.

GB : Au-delà du financement et du rachat, les start-up peuvent aussi proposer leurs produits et services aux grands groupes. Y a-t-il des freins qui empêchent ces entreprises de tailles différentes à travailler de concert et comment faire pour les contourner ?

Evidemment, les deux types d’entreprises n’ont pas les mêmes poids de structure donc il peut être difficile pour elles de travailler ensemble. Par exemple, les start-up sont beaucoup plus agiles dans la mise en place de nouveaux projets, alors que les grands groupes ont besoin souvent de mois de réflexion. Pour que ça fonctionne, il faut que les deux s’assouplissent, et ça peut être l’occasion pour les groupes de tester des nouvelles méthodes de travail. Ensuite, il faut trouver un bon équilibre dans la relation start-up / grand Groupe. Les intérêts des deux parties doivent être alignés, pour ne pas créer une disparité trop importante qui pourrait amener des tensions.

GB : Quels sont, selon toi, les domaines dans lesquels les startups prospèrent le plus ? Pourquoi ?

Nous remarquons que les domaines de la Fintech, de l’e-commerce et du marketing digital sont particulièrement actifs en 2018. Il y a des start-up comme Qonto par exemple dont la croissance a explosé l’an dernier, car elles proposent une solution calibrée pour les entreprises et les indépendants. Les contraintes qu’imposent les acteurs historiques de la finance ne sont plus adaptées à l’évolution du monde entrepreneurial.

GB : Enfin, on parle souvent du nombre impressionnant de licornes chinoises et américaines crées chaque années, que manque-t-il aux start-up françaises et européennes pour atteindre cette échelle ?

En premier lieu, on ne peut pas comparer la France avec les Etats-Unis ou la Chine directement, ce ne sont pas les mêmes échelles. En revanche il y a en effet des éléments que l’on pourrait améliorer pour aider les start-up françaises à être à la hauteur de leurs ambitions. Nous manquons de fonds qui investissent dans des tours de table à plus de 20M€ (et sans plafond) : aujourd’hui ils sont moins d’une dizaine. De plus, on remarque que les start-up françaises qui grossissent beaucoup et rapidement ont tendance à se délocaliser une fois avoir atteint une taille critique.
GB : Merci Adrien Chaltiel

300x300_portrait-guillaume-baley.png
Guillaume Baley

Consultant Senior chez Orange Consulting, je suis en charge de l'offre d'écoute sociale et de veille stratégique. Ma mission principale est d’accompagner les entreprises à faire de l’information un levier stratégique. Mes missions et ma veille quotidienne m'ont permis d'élargir mes compétences dans des domaines tels que la Gouvernance de la donnée, l’Intelligence Artificielle et l’Innovation via les start-up.