Cartographie du SI : 10 jours pour reprendre en main votre patrimoine IT

Cartographier son système d’information, une mission forcément fastidieuse ? Je ne crois pas ! Chez Orange Business Services, nous vous proposons une approche pragmatique en 10 étapes pour mener ce travail de manière simple, rapide et efficace.

Prise de fonctions au sein d’une DSI, fusion-acquisition, chantier de mise à jour, etc. Quel que soit le contexte de votre programme de transformation IT, la cartographie du système d’information constitue un prérequis indispensable. Et le jeu en vaut la chandelle. Selon Forrester, cette démarche de cartographie permet de réduire de 75 % le temps passé à collecter les informations auprès des métiers et de 80 % celui passé à en concevoir les représentations.

Carto du SI : une démarche pragmatique en 10 étapes

Chez Orange Business Services, nous vous accompagnons avec une approche de la cartographie permettant des résultats rapides et une valeur délivrée en continu.

Jour 1 : définir ses objectifs pour ne pas s’éparpiller
Il est nécessaire d’objectiver votre démarche. Définir clairement ses objectifs permet de se concentrer sur ce qui est essentiel pour votre entreprise. Ceci évite de perdre du temps à des tâches inutiles et de tenir le cap

Jour 2 : passer ses sources à la loupe
Documents, collaborateurs « sachants », disponibilités des ressources et outils, etc. Quels sont les moyens à votre disposition pour bâtir votre roadmap ?
Cartographie du SI par Orange Business Services

 

 

Jour 3 : concevoir sa feuille de route et ses premiers démonstrateurs
Votre feuille de route planifie l’ensemble des actions à mener, telles que les entretiens métiers ou encore le type d’informations à obtenir de chaque rendez-vous. Elle s’accompagnera de propositions de KPI et démonstrateurs visuels (tableaux de bord par exemple).
Les faire valider en kick off pour obtenir un consensus.

Jour 4 : bâtir une cartographie minimale
Votre feuille de route et vos démonstrateurs sont validés ? C’est parti pour la mise en place d’un MVP (produit minimum viable). Cette cartographie initiale constitue la base sur laquelle tout sera construit. Grâce à vos démonstrateurs, la valeur de la cartographie sera visible et exploitable en continu.

Jour 5 : commencer y à intégrer toutes les informations disponibles
Intégrer des sources à sa cartographie requiert des méthodes variées —et un peu de débrouillardise : certaines données s’exportent en tableurs, tandis que d’autres systèmes ou applications contenant des données se connecteront directement à votre solution de cartographie.

Jour 6 : réaliser les interviews « speed dating »
Il est temps d’embarquer les métiers dans un entretien rondement mené, ou, à défaut, de leur envoyer un court questionnaire dont les réponses alimentent en temps réel la cartographie. Plus vos questions ciblent précisément les compétences du collaborateur, plus elles ont de chance de faire mouche.

Jour 7 : faciliter, consolider, féliciter
Mettre en valeur la collaboration des métiers et les remercier pour la valeur qu’ils apportent à la cartographie renforce l’adhésion au projet.

Jour 8 : procéder aux derniers ajustements
Votre diagnostic technique coïncide-t-il avec d’autres enjeux tels que la gestion des compétences ? Des matrices ou indicateurs de qualité complémentaires peuvent-ils être ajoutés à la cartographie ? Il n’est jamais trop tard pour peaufiner votre ouvrage !

Jour 9 : faire le point et s’étonner des résultats
Forts d’une vision consolidée du SI, les responsables IT peuvent maintenant définir les chantiers de transformation prioritaires. Et ces derniers ne sont pas toujours là où on les attendait.

Jour 10 : le travail d’urbanisation peut maintenant commencer
En permettant une restitution claire et argumentée aux différentes parties prenantes, votre cartographie a encouragé de nouveaux investissements IT. Ne restes plus qu’à se lancer et à créer le SI de demain.

Les métiers au cœur du projet

À revers de l’approche « bottom-up » (des serveurs vers les métiers), nous nous intéressons d’abord aux objectifs de l’entreprise, ses processus métiers, les besoins des utilisateurs finaux et des équipes support. Ce n’est qu’une fois cette étape achevée que nous cherchons à définir quels sont les indicateurs et les modèles de représentation les plus adaptés.

Pour y arriver, il est impératif d’embarquer les métiers dans le projet : expliquer le pourquoi de la cartographie et impliquer de manière collaborative les « sachants » sur leur périmètre de connaissance via des outils « user friendly ». Un solution telle que LeanIX permet, par exemple, des échanges agiles et peu chronophages : chaque réponse enrichit en temps réel la cartographie. Ce pilotage par la valeur démontre tout l’intérêt de la démarche et alimente ainsi la dynamique de changement.

Une méthode qui a fait ses preuves

Je peux citer trois organisations de secteurs variés qui ont été convaincues par notre approche :

  • La Communauté d’Agglomération de Cannes-Lérins l’a utilisée pour déterminer les perspectives d’amélioration de son SI.
  • Un acteur industriel y a recours pour faire évoluer son IT à la suite de transformations sur sa chaîne de fabrication.
  • Un spécialiste de la comptabilité a pu dénouer les nœuds de son SI en mobilisant efficacement ses collaborateurs.

Si la cartographie leur a permis d’aller droit au but, elle n’est qu’une introduction à la transformation du système d’information : suivront l’onboarding, le Proof of Value, la mise en place de l’urbanisation, la gouvernance et l’industrialisation. Nous accompagnons nos clients dans cet « après », en les aidant à dégager toujours plus de valeur.

300x300_photoprofil_guillaume_poupa.png
Guillaume Poupa

Consultant Digital & Data chez Orange Business Services, j’ai en charge notre proposition de valeur sur les sujets d’urbanisation et de cartographie des données. Ancien joueur de Kayak-Polo, mon crédo est : « Le résultat n’est qu’une conséquence ».