L'administrateur réseau est-il en voie de disparition ?

Partager

L’arrivée du SDN bouleverse à la fois les systèmes d’information et les métiers de la DSI. Si réseau et serveurs n’ont plus à être administrés, les compétences de l’administrateur réseau restent indispensables.

Un choc de simplification
Dans la lignée de la virtualisation des serveurs applicatifs et des unités de stockage, le Software Defined Network (SDN) marque une nouvelle étape dans le passage à des systèmes d’information « as a service ». Ce réseau virtuel regroupe les éléments matériels et les éléments logiciels du réseau dans une couche logicielle unique. À la clé, une centralisation des ressources du réseau, qui peuvent ensuite être scindées en différents sous-réseaux selon les besoins exprimés par les métiers. L’infrastructure est ainsi dimensionnée automatiquement et en temps réel, depuis une interface unique. Grâce au développement d’APIs dédiées, ce pilotage peut même être effectué via une application mobile ou tablette.

Résultat ? Fini les opérations de paramétrage et de maintenance des commutateurs et des routeurs. Le pilotage du réseau se fait désormais de façon centralisée, par à un contrôleur à même de regrouper les demandes.
 

Jamais sans mon administrateur réseau
Avec les infrastructures virtualisées, le rôle de l’administrateur réseau peut sembler obsolète : il n’est plus en charge de paramétrer les composants du réseau, ou de réaliser de lourdes opérations de pilotage du réseau, comme ajuster la bande passante selon les besoins des applications… Sans compter que les fournisseurs d'applications peuvent désormais se charger de la gestion du réseau, à distance.

Et pourtant, cette fonction de l’entreprise reste essentielle ! Tout d’abord, parce que la migration vers le SDN ne se fera pas d’un seul coup : une phase de coexistence entre réseaux traditionnels et réseaux virtualisés s’impose.

Ensuite, la connaissance des infrastructures et la compréhension des besoins internes resteront clés pour optimiser les performances du réseau. Dans ce contexte, l’administrateur réseau doit se positionner en interlocuteur privilégié des métiers et des fournisseurs de service. Son rôle évolue vers moins de technique et plus d’accompagnement interne : en quelques sortes, il devient un consultant interne.

Un garant du fonctionnement logiciel global
D’autre part, c’est l’administrateur réseau qui détient la compréhension globale et profonde du réseau de l’entreprise. Cette connaissance se révèle indispensable en cas de problème logiciel puisque dans le SDN réseau et applications sont intimement liés.

L’administrateur réseau est également le mieux placé pour mettre en place des politiques de sécurité cohérentes et transparentes qui ne soient pas en conflit avec l’exploitation réseau. Et en cas de problème et d’interruption de service, ses compétences seront requises pour dépanner le réseau.

Ainsi, les technologies SDN n’amèneront pas à la fusion des compétences des experts des serveurs et des développeurs d’applications. L’administrateur de serveurs ou le développeur peuvent préciser les besoins de l’application en matière de réseau mais l’administrateur réseau pourra, lui, assurer son bon fonctionnement jusqu’à l’utilisateur !

 

Pour aller plus loin

>> Connectivité en entreprise : que nous réserve l'avenir ?
>> La virtualisation des réseaux marchera sur deux jambes