Usage de la donnée : où se trouve la valeur ajoutée ?

Partager

La data est devenue l'un des actifs les plus précieux pour l'entreprise. Des économies de fonctionnement à l’innovation produit, sa valeur ajoutée existe dans toutes les activités pour qui sait habilement l'exploiter.

Les gains financiers passent par la donnée

L’impact important de la donnée sur les finances des organisations est aujourd’hui largement assimilé, au point que la data est désormais présentée comme un « actif » pour l’entreprise. Mais concrètement, quel type de gain financier en attendre ?

La collecte, puis le traitement d’informations sur le fonctionnement d’une entité, vont permettre d’en approfondir la connaissance, puis d’en optimiser le fonctionnement. « Dans l’industrie, la donnée permettra avant tout d’anticiper la structure de coûts », explique Olivier Ondet, spécialiste IoT & Analytics chez Orange. Appliquée à des dizaines de sites et des centaines d’opérateurs, son usage optimise l’efficacité des opérations de terrain et fait donc baisser les coûts de fonctionnement des entreprises.

Prenons le cas d’une usine de produits chimiques : les données recueillies grâce à l’IoT permettent de contrôler à distance le taux de remplissage des cuves, leur température, le niveau de vapeur sur site... En cas de comportement anormal détecté grâce à différents capteurs, l’opérateur peut connaître en amont la nature du problème et se préparer en conséquence. Il ne se déplace en outre que quand cela est nécessaire.

« La circulation de l’information permet aussi d’améliorer la productivité en usine », rappelle Olivier Ondet. Les technologies de type Big Data facilitent en effet la traçabilité du produit et de ses composants. Avec l'interconnexion des machines et des systèmes informatiques, les opérateurs reçoivent en temps réel des données sur les quantités produites, le stock de pièces disponibles ou le taux d'usure des machines. Cela permet de comprendre la source d'un défaut qualité, mais aussi d'intervenir préventivement sur une machine usée pour en limiter les arrêts et d'évaluer l’impact énergétique de chaque opération. Selon une étude PwC, 80 % des entreprises auront digitalisé leur chaîne de valeur avec, à l’horizon 2020, avec une hausse de productivité de 18 %.

La data, source de produits et de services innovants

Pour Olivier Ondet, pas de doute : la donnée décuple la capacité à innover et à créer des services utiles pour les consommateurs. « De nombreuses entreprises partent de la donnée disponible pour imaginer ce qui est faisable, proposant ainsi de nouveaux services à leurs clients de façon plus ciblée et segmentée. On innove aujourd’hui dans des domaines qui n’étaient pas considérés comme économiquement viables avant la massification des données. »

La collecte et l’analyse de la data transforment par exemple le secteur du tourisme. Recherches clients sur les sites spécialisés, mesure des flux touristiques, parcours au sein des destinations… tout peut être analysé ! Des applications mobiles valorisant une destination aux recommandations de vols, une myriade d’offres de services ont ainsi pu voir le jour. Le département des Bouches-du-Rhône, pionnier dans ce domaine, utilise l'offre Flux Vision d'Orange pour étudier, après les avoir soigneusement anonymisés, les caractéristiques et le parcours des touristes sur des sites comme le parc des Calanques à partir des données transmises par réseau mobile. Cela permet au territoire de proposer des solutions d’accueil, des services sur site et à développer des campagnes de promotion pour cibler certains publics.

La donnée, c’est également le futur de l’industrie automobile. « Les constructeurs sont en train de connecter de façon massive et native leurs véhicules », confirme Olivier Ondet. « Cela leur permet de faire des mises à jour de logiciels à distance, évitant les rappels constructeurs, et d’apporter petit à petit le wifi à bord des voitures pour un usage proche du domicile. » À terme, la multiplication des données transmises depuis le véhicule permettra la généralisation d’offres innovantes comme le maintien préventif du véhicule, l’appel automatique des services de secours ou l’assistant de conduite pour réduire sa consommation de carburant.

« Dans tous les secteurs, le futur est à l’entreprise data driven », conclut Olivier Ondet. « L’un des secrets de sa réussite sera de savoir s’organiser pour saisir les opportunités d’amélioration induites par la donnée, qu’il s’agisse d’expérience client ou d’expérience salarié. »

 

Pour aller plus loin :