Checklist avant de lancer un projet IoT

Partager

Les objets connectés ont mis un pied dans l’entreprise de façon durable. Rares seront les domaines pouvant s’en passer. Pour faciliter leur déploiement, Patrice Slupowski, VP Digital Innovation chez Orange, livre 4 réflexes à adopter avant de s’engager dans une stratégie IoT*.
 

1/ Agir vite, sans attendre d’être poussé par la concurrence

L’arrivée de l’IoT, ou internet des objets, va permettre à de nouveaux services de voir le jour, et cela dans une majorité de domaines d’activité. Pourtant, beaucoup d’entreprises hésitent encore à sauter le pas…

« Lorsque la menace concurrentielle d’Uber est arrivée brutalement, les taxis ont dû se réorganiser dans la précipitation pour faire face à ce changement de business model… De la même façon, de nombreux secteurs vont voir arriver de nouveaux challengers et les entreprises présentes sur ces marchés doivent l’anticiper », insiste Patrice Slupowski.

Même si leur domaine n’est pas immédiatement menacé par une innovation de rupture, les entreprises ont tout intérêt à adopter l’IoT dès maintenant, pour se bâtir une expérience et par la suite raccourcir les boucles de développement.

2/ Se préparer à des mutations des métiers, voire des business models

L’arrivée d’Uber sur le marché du transport de personnes est un cas d’école : un secteur se réinvente suite à l’entrée d’un nouvel acteur "nativement digital". Néanmoins, ce marché n’est pas isolé et les assureurs, par exemple, ont commencé à prendre la mesure de l’impact de l’IoT sur leur activité : l’installation dans les véhicules d’une « boîte noire » connectée, permettrait d’affiner le calcul de la prime de l’assuré. Si le bénéfice client est évident, la probabilité de voir évoluer le métier d’actuaire est forte.

« Dans le domaine de l’assurance, toutes les technologies susceptibles de remettre en cause le modèle existant sont opérationnelles. La solution ? Anticiper ce changement et devancer les futurs nouveaux entrants en proposant avant eux une offre repensée », explique Patrice Slupowski.

3/ Engager une démarche globale

Qu’un objet connecté soit capable de collecter des données et de les transmettre est une prouesse technique. Cet objet n’a pourtant qu’une valeur relative, comme le rappelle Patrice Slupowski : « Les objets connectés sont des leviers d’accélération digitale. Mais ils n’ont de sens qu’associés à d’autres technologies qui leur donnent de la valeur ajoutée : Big Data, Cloud, intelligence prédictive et artificielle… ».

L’avènement de l’IoT donne une place nouvelle au logiciel. En conséquence, les projets liés aux objets connectés doivent être abordés globalement en intégrant différentes briques technologiques. Telle est la condition sine qua non pour parvenir à améliorer l’expérience client, optimiser la supply chain ou encore optimiser un process de fabrication en usine

4/ Intégrer la sécurité dès le premier jour

La sécurisation est l’une des problématiques majeures de l’IoT, car la multiplication des objets connectés accroît le risque d’intrusion par un hacker. Pour y faire face, une seule approche vaut : penser la sécurité de bout en bout. « La sécurité ne doit pas être une préoccupation en plus : elle doit s’intégrer au projet dès son lancement et concerner chaque brique technologique », précise Patrice Slupowski.

En parallèle, tout service basé sur les objets connectés doit garantir une totale transparence, pour rassurer les utilisateurs sur l’usage qui est fait des données captées. « Pour créer un univers de confiance numérique, nous avons misé sur des actions de protection des données, et sur la limpidité avec le « Badge de confiance ». Il détaille avec clarté et précision l’usage qui est fait des données personnelles par les applis mobiles », conclut Patrice Slupowski.

 

Pour aller plus loin
>> Internet des objets : le pari gagnant ?
>> Les objets connectés : porte d'entrée pour le paiement sans contact