Le covoiturage : une question de confiance

Partager

Laure Wagner, membre de l'équipe fondatrice de Blablacar, explique pourquoi la confiance est au cœur des nouveaux services de mobilité qui se développent sous l’impact du digital.


[FR] : le covoiturage : une question de confiance

Laure Wagner l’affirme sans détour : « aujourd’hui, la confiance est une condition sine qua non à la pratique du covoiturage ». Impossible aujourd’hui de voyager avec un total inconnu. En s’inscrivant sur le site, les 10 millions de membres de Blablacar sont encouragés à accompagner leur photo d’une description aussi précise que possible : sont-ils fumeurs ou non ? Ont-ils ou non la langue bien pendue (sont-ils bla, blabla ou bien blablabla ) ?

Les outils digitaux et les systèmes de recommandation en ligne permettent désormais de constituer « des profils de confiance ». En un mot, Blablacar se positionne avant tout comme « tiers de confiance », qui vérifie en plus, avant chaque voyage, le mail, le numéro de portable et les coordonnées bancaires du conducteur. De cette façon, « on sait avec qui on part » avant de prendre la voiture.

Joévin

Joevin Canet

Journaliste, passionné par le digital, j'ai couvert l’actualité numérique au sein de l’équipe digitale d’Orange Business Services et accompagné le déploiement du dispositif éditorial appliqué aux blogs et aux réseaux sociaux de l'entreprise.