Smart territories : l’émergence des villes raisonnées

Partager

Les « smart territories » s’appuient sur le développement du numérique et de la data pour améliorer la qualité de vie de leurs habitants, tout en renforçant l’attrait économique des régions. Une intelligence numérique qui concerne tous les territoires, y compris les petites communes.

À chaque ville son intelligence numérique

IoT, Big Data et bientôt intelligence artificielle : les innovations technologiques se déclinent dans les territoires sous de multiples formes, en fonction des contraintes locales, économiques et géographiques propres à chaque projet. L'innovation sociale réside dans l’utilisation des technologies pour moderniser les infrastructures et rendre le territoire plus agile et inclusif tout en valorisant son patrimoine.
Le « smart » n’est pas réservé aux seules mégalopoles. « Les projets autour de l’intelligence numérique peuvent être à l’échelle d’un bâtiment, d’un quartier, d’un nouveau pôle urbain, d’une ville ou d’un territoire tout entier », explique Delphine Woussen, Directrice de l'unité Smart Cities d'Orange Business Services. Les outils doivent s’adapter aux enjeux locaux. Misant sur son attractivité touristique, la ville de Santander, en Espagne, a par exemple déployé plus de 20 000 capteurs dans ses rues. L’objectif ? Récolter un maximum de données pour développer des applications offrant une information contextualisée. L’application SmartSantanderRA permet ainsi aux touristes de comprendre l’histoire de la ville grâce à la réalité augmentée. Ils peuvent aussi apprécier en temps réel la fréquentation des plages, ou le niveau de la mer.

Quand la donnée devient un bien commun

Pour Lyse Brillouet, Directrice de Recherche Société Numérique chez Orange, « la donnée est devenue un enjeu essentiel pour les villes. Ces dernières doivent travailler de façon plus transverse, dans une démarche de mise en commun de la data entre les différents acteurs-clés (organismes publics, entreprises, commerces…). » Une nécessité pour positionner le service public dans une démarche plus adaptée aux habitants. Associée aux algorithmes et à l’intelligence artificielle, cette masse de données qui évolue en temps réel conditionnera l’émergence d’une ville plus raisonnée. La ville de Bristol a par exemple mis en place une plateforme d’open data sur laquelle habitants et organisations transmettent des données de tout type sur la ville. Qualité de l’air, points wifi, transports disponibles… la grande variété de données échangées permet de mieux comprendre la ville et les améliorations à y apporter. Une manière de co-créer la ville du futur avec ses citoyens.

De nouvelles initiatives pour la gestion de l’énergie

De nombreuses initiatives autour d'une gestion raisonnée de l'énergie grâce au numérique existent déjà. C'est dans la multiplication des usages que les smart territories prennent tout leur sens. Le partage de la donnée à l’échelle d’un quartier peut par exemple permettre de lisser la consommation entre des acteurs aux activités divergentes. Une entreprise consommera l’énergie de la journée alors qu'une résidence l’utilisera plutôt le soir et le week-end. « L’existence de plateformes centrales de gestion de la donnée permettra de connaître plus précisément les modes de consommation énergétique et de s'adapter aux besoins », confirme Delphine Woussen. « On pourra par exemple piloter plus intelligemment l’intensité lumineuse d'un quartier en connaissant les événements qui s'y déroulent. L’intérêt écologique est alors aligné sur les besoins de la ville et les attentes des citoyens.»

Pour aller plus loin