Vistaklub met le « spatial computing » au service de la prise de décision collaborative

Le Spatial Computing offre un environnement 3D riche en cas d’usage pour les sociétés de l’industrie, du transport et pour la banque. Vistaklub est une start-up qui permet un usage de la donnée temps réel dans un but décisionnel et collaboratif. Sa solution, hébergée sur notre cloud public Flexible Engine, est disponible sur tous types de terminaux, comme m’a expliqué notre partenaire Tony Alibelli sur le stand d’Orange, à l’occasion de Vivatech 2021.

Vistaklub est une start-up du monde de la donnée et son constat de départ est simple : dans notre monde de données massives et complexes, « il fallait inventer un nouveau moyen d’interagir et de percevoir l’information de manière naturelle et intuitive  ».

L’important est aussi de « permettre l’accès à cette information sur tous types de terminaux, smartphones, laptops et tablettes, peu importe l’endroit où on se trouve, pour collaborer en temps réel sur les données ».

Un accès universel est crucial car le matériel dédié reste onéreux bien que des solutions plus abordables arrivent sur le marché, avec lesquelles Vistaklub est également compatible.

« Les technologies “Spatial Computing” permettent de travailler au plus près du réel, d’acquérir de l’information et d’interagir efficacement avec des gestes naturels et par la voix », explique Tony. Elles regroupent :

  • La réalité virtuelle : l’utilisateur est immergé à 360 degrés dans un monde virtuel en vase clos. Elle s’applique aux jeux 3D, à la formation et au storytelling ;
  • La réalité augmentée qui « permet de superposer des hologrammes sur la réalité et donc de garder le contact avec le réel tout en proposant des interfaces pour interagir avec votre quotidien » explique Tony ;
  • La réalité mixte qui va interagir aussi avec des hologrammes mais avec un plus haut degré de réalisme. Par exemple, on pourra faire en sorte qu’un hologramme ne traverse pas une table mais qu’il se pose dessus.

Une solution plug & play propulsée par le cloud

Tel est l’objectif, renouveler ces interfaces en créant une expérience immersive, qui explique le nom de la solution de Vistaklub « Immersive Analytics ».

Le cloud computing permet une montée en charge rapide et en toute transparence.

La plateforme s’installe sur un serveur Linux en moins d’une heure et permet ensuite le développement sur le moteur 3D UNITY. Une solution conçue en mode « plug’n’play » : « On va “mapper” la solution sur un entrepôt de données Splunk qui va présenter tous les jeux de données à disposition et permettre d’utiliser les données brutes sur les attributs de dataviz avancée », explique Tony Alibelli.

Mais Tony Alibelli n’en reste pas à la vision, il a déjà prouvé l’applicabilité de sa solution dans des cas d’usage concrets, notamment dans l’industrie de pointe, aérospatiale et aéronautique.

L’assistance à distance est le premier cas d’utilisation en production qui se développe à grande échelle.

« Le support à distance est aussi possible sur Immersive Analytics pour récupérer, en temps réel, la vision d’un opérateur sur site et interagir avec lui, lui envoyer de la documentation, des PDF, des vidéos lui expliquant les notices de montage et de dépannage de machine sur laquelle il intervient » explique Tony. Il est également possible de dessiner en deux dimensions par-dessus son champ de vision et d’accoler des vignettes à certaines parties du visuel 3D.

Des cas d’usage concrets dans de nombreux secteurs d’activité

Cas n° 1 - Banque : représentation 3D de flux financiers

Vistaklub a réalisé un projet de représentation de flux financiers pour le compte de BNP Paribas afin de suivre les ordres exécutés par leurs clients sur les différentes places de marché. Les flux des systèmes étaient affichés dynamiquement, comme autant de perles de couleurs et de tailles différentes, permettant d’identifier rapidement les typologies de clients, les transactions, l’origine géographique des ordres clients et leurs cheminements.

« Il est impossible de représenter 10 millions de transactions sur un seul visuel ou un tableur » , explique Tony Alibelli. Par contre, le Spatial Computing permet de comprendre intuitivement beaucoup plus de dimensions que les modèles classiques.

Cas n° 2 - IT : représentation 3D des liens entre applicatifs

Pour la Société Générale, Vistaklub a réalisé une dataviz graphique 3D destinée à mettre en évidence les interdépendances parmi la centaine d’applications bancaires de la banque de détail. « Nous avons mis ces interdépendances en exergue afin de permettre une analyse d’impact. En cas d’incident sur une application, cela permettait d’identifier quelles seraient les applications touchées et, à partir de là, d’appliquer des filtres sur les différents niveaux de voisins. L’outil offre aussi des fonctionnalités de regroupement (“Clusterisation”), chaque perle représentant une application peut être mise dans une perle plus grande correspondant, par exemple, à un niveau de service ».

Cela permet, si l’on est amené à intervenir sur une application, de vérifier que la plage d’interruption de celle-ci est en adéquation avec celle des autres applicatifs qui lui sont liés.

Cas n° 3 - Smart City : représentation graphique des flux de voyageurs en sortie de train

Vistaklub a également travaillé pour le compte d’un grand transporteur parisien sur la représentation graphique en 3D des statistiques temps-réel de montée et descente de passagers au niveau des portes d’entrée de chacune des rames de ses trains. Cette application a permis de modéliser les déplacements des trains sur une cartographie en 3D sur la base du jeu de données.

« Le besoin de notre client était de mettre en relation ces statistiques de montées et descentes des passagers par porte avec la conception des stations souterraines afin de savoir si les points d’entrée de la station correspondent effectivement aux besoins des passagers ». L’objectif étant potentiellement de faire du réaménagement interne au niveau de ces espaces pour fluidifier le trafic.

Perspectives

A date, la solution de la start-up est unique du fait de sa capacité à modéliser les données en 3D en temps-réel et de son interopérabilité avec tous les terminaux.

Vistaklub s’est déjà fait remarquer au CES de Las Vegas, auquel la start-up a participé 3 fois. « Nous avons eu beaucoup de retours positifs à la fois de grands groupes européens, mais aussi américains, voire asiatiques », m’a confié Tony.

Vistaklub affiche donc ses ambitions, qui vont au-delà de nos frontières, afin de conquérir ce marché du Spatial Computing. « Nous sommes accompagnés par le programme startup d’Orange Business Services » a conclu Tony Alibelli, « et la plateforme cloud de l’opérateur nous a apporté la souplesse nécessaire à la mise au point de notre solution ». Elle sera cruciale également dans le cadre du passage à l’échelle auquel Vistaklub sera confronté dans les mois et années à venir.

 300x300_precilia-fibleuil.png
Précilia Fibleuil

Responsable du programme Cloud Starter et plus largement du marketing opérationnel innovation, j’interviens auprès des start-up afin de leur permettre de s’appuyer sur la technologie et l’expertise Orange Business Services pour développer leurs solutions les plus innovantes.Convaincue que l’avenir des entreprises traditionnelles repose sur leur capacité à co-innover avec leurs clients et l’écosystème start-up, j’ai à cœur de faciliter les synergies entre ces deux univers.