open data et secteur financier : je t'aime, moi non plus ? #OBL12

Partager

J’ai eu la chance d’assister à un workshop sur le secteur financier avec un focus sur l’open data à Orange Business Live 2012. C’était très intéressant pour la simple et bonne raison que c’est un secteur réputé pour sa crise de confiance… Alors y ajouter une dose d’open data, donc de transparence, ça me rend curieux ! :-)

transparence : le secteur financier va-t-il ouvrir ses données ?

Franchement ? Non. Enfin, peut-être. Si mon banquier s’amuse a proposer mes données bancaires gratuitement et de manière ouverte à tout le monde, je change de banque immédiatement. Et comme les institutions du domaine financier devraient demander l’autorisation à chacun de ses clients, ça deviendrait très vite un vrai cauchemar…

En revanche, s’ils les rendaient anonymes, ce serait différent. On pourrait à ce moment-là dévoiler des statistiques très intéressantes sur, par exemple, le panier moyen des gens dans tel endroit, selon sa situation familiale, quels sont les taux d’emprunts, d’épargne, ainsi de suite. Bref, une nouvelle manne de données ! :-)

l’opendata comme opportunité de business pour le secteur financier

Si on renverse la situation, on peut néanmoins trouver une solution intéressante pour le secteur financier : avoir des données relatives aux taux d’accidents de la route en fonction de la position géographique peut aider à mettre en place des offres personnalisées. « Ok je réduis le prix de votre assurance si vous changez de trajet pour aller au boulot : le mien est plus sûr ».

Et c’est tout à fait possible (notamment avec un boitier M2M qui fournit la position de la voiture) : le problème sera certainement d’accepter de fournir de telles données, qui peuvent faire resurgir des peurs du genre « Big Brother » mais le concept est valable.

dans tous les cas, l’opendata est une obligation

Si l’idée précédente est relativement intéressante, il est néanmoins urgent pour le secteur financier (sans parler des autres) de s’intéresser à la chose : les clients ont accès aux données eux aussi. Si les données sont mises en forme pour une lecture facile, il est fort possible que j’aille voir mon banquier en lui donnant des arguments très convaincants pour réduire mon prêt : « j’ai vu que l’évolution du prix du mètre carré de tel quartier ne correspondait pas à votre estimation : vous me proposez un emprunt trop cher, baissez votre prix ou je change de banque ».

Dans le pire des cas, mon appartement me coûtera moins cher ! :-)

Rémi

PS : merci à Patrick Launay pour m’avoir donné tant de son temps et répondu à mes questions.