La virtualisation du point de vue de l'utilisateur nomade

Partager

La virtualisation est connue de toute la population IT. La virtualisation des serveurs existe depuis longtemps, tout comme la virtualisation du poste de travail. Ce domaine peut toucher toute la frange de la population utilisateur final, mais semble plus adapté au nomade qui peut ainsi disposer d'un environnement de travail en tout lieu (sous réserve d'une couverture réseau) depuis n'importe quel équipement. Mais quelle est la perception de ces utilisateurs aujourd'hui ? Quels sont les freins et les moteurs liés à l'adoption de ces technologies par ces derniers ?

P PDA.gifL'utilisateur est motivé en premier lieu par l'accès à distance à des ressources. Or de nombreuses entreprises de petite taille sont dans l'incapacité de fournir un accès externe à leurs salariés.

La sauvegarde des données étant souvent perçue comme aléatoire pour les utilisateurs, ils voient en la virtualisation la possibilité de disposer d'un espace de stockage accessible depuis n'importe quel lieu et n'importe quel terminal.

Plus le terminal est petit, plus l'utilisateur est tenté de se l'approprier. Les usages personnels sont alors fréquents sur les terminaux portables et mobiles. La virtualisation est perçue comme un moyen de cloisonner ces deux environnements. Les données personnelles de l'utilisateur restant en local sur le terminal et ne pouvant être vues par l'entreprise. Les données professionnelles sont quant à elles cantonnées à l'environnement virtualisé et sous « contrôle » de l'entreprise.

D'autre part certains utilisateurs (consultants, auto-entrepreneurs...) sont amenés à devoir « gérer » plusieurs univers professionnels. Ils expriment alors le besoin de pouvoir stocker et accéder en ligne à leurs données, pour leur propre entreprise ainsi qu'un besoin de confidentialité et donc de cloisonnement entre leurs différents univers professionnels.

Toutefois cette notion de cloisonnement portée par les promoteurs de solutions de virtualisation constitue aussi une inquiétude pour les utilisateurs. L'utilisateur a peur de ce que l'entreprise ou un tiers peut connaitre de sa vie privée lorsqu'il utilise une ressource personnelle pour accéder à son univers professionnel.

En outre, les utilisateurs associent souvent les problèmes du réseau aux solutions de virtualisation : couverture géographique, débit... et leur fait craindre un manque de souplesse à l'usage. Toutes les applications ne sont pas bonnes à virtualiser (ex : univers vidéo). Les attentes des utilisateurs doivent être affinées en regard des possibilités techniques.

Le fait de pouvoir accéder à son environnement de travail au travers du navigateur d'un PDA ou d'un smartPhone, n'en fait pas un environnement exploitable par l'utilisateur pour autant (lisibilité, rédaction difficile...).

Ainsi force est de constater que les solutions de virtualisation ne peuvent pas encore prétendre à se substituer au PC professionnel, mais peuvent être un complément important pour l'utilisateur toujours à la recherche de facilité d'utilisation.

Nicolas Jacquey
Christophe Roland

Edit de l'équipe Orange Business Services : Christophe a quitté le groupe Orange depuis ses derniers articles