quelle est l'utilité des diagrammes de Gantt?

Partager

Je suis personnellement convaincu de la valeur des diagrammes de Gantt en management de projet sur le plan conceptuel et visuel.

Cet outil nous encourage à structurer le projet ce qui est déjà un bénéfice en soi. La structure pourra comprendre plusieurs niveaux de détail, visualiser les dépendances entre tâches, montrer leurs durées estimées, identifier le chemin critique du projet. Le diagramme peut également nous permettre de visualiser les jalons principaux et de voir d'un coup d'oeil l'ensemble des tâches et le niveau d'avancement (si le pourcentage de complétude et reste à faire sont bien saisis).

J'ai tendance à utiliser le Gantt dès le début du projet et en premier lieu avec papier-crayon ou sur tableau blanc. Ce diagramme est un bon outil de décomposition du projet en livrables et en phases, de visualisation du séquençage et des dépendances entre les tâches, et de revue de complétude. Nous commençons au début du projet par une vue macro du projet dont l'on détaille ensuite les sous-ensembles avec les membres du projet. Sur les gros programmes, il peut être plus efficace d'élaborer plusieurs niveaux de diagrammes de Gantt. A un niveau détaillé par projet pour le suivi quotidien et à un niveau plus synthétique pour communiquer sur le programme. La partie délicate dans ce cas étant de maintenir les vues projets et programme alignées.


En cours de projet, j'utilise les diagrammes de Gantt détaillés principalement pour communiquer avec les équipes sur les tâches qui leur sont dévolues (contenu, estimations, livrables), pour visualiser le chemin critique à haut niveau et pour suivre l'état d'avancement et le reste à faire par rapport à notre référence de base de planning.

(note sur l'image de droite : digramme de Gantt détaillé sur le site d'ENVISION software, sur lequel on trouve un historique détaillé du Gantt et de son inventeur éponyme)

Comme tout outil, le diagramme de Gantt a ses limites et peut entrainer des dérives. La plus courante est en fait de se laisser diriger par les logiciels qui le supportent. Ceux-ci sont souvent très riches en fonctionnalités et très consommateurs de la denrée la plus rare pour le chef de projet: le temps de réflexion. Autre problème, leur mise à jour régulière et méticuleuse est nécessaire sinon ils deviennent rapidement déphasés par rapport à la réalité.

Un excellent article sur le sujet a été publié par John Jeffreys sur pmHut.

Michel Operto

I've been leading IT projects for more than 20 years at telecom and computer manufacturers: Thomson Sintra, Digital Equipment, NCR, Nortel Networks, Orange Business Services. My passion is Project Management and leadership and I run a blog on the PM best practices at http://dantotsupm.com/