Paiement via Twitter : le pionnier TipJoy ferme

Partager

On ne présente plus le réseau social de micro-blogging twitter, ce que l'on connaît moins c'est qu'il est possible d'y effectuer des transactions financières. Il y a bien sûr les twitters officiels des banques (comme par exemple les Caisses d'Epargne) et ceux des systèmes « classiques » de paiement comme Amazon payments, Paypal ou MasterCard. Mais à côté de ces institutions, se sont lancés plusieurs intermédiaires comme les star-ups TipIt, TweetPay, TipJar, et feu TipJoy. On peut aussi évoquer Twollars, mais qui est sur une monnaie complètement virtuelle (sorte de bons points entre twitters).

Comment fonctionnent ces systèmes ?

En général, seule la promesse de paiement se fait par twitter sous forme de tweet (ou de Direct Message) entre le payeur et la start-up de paiement. Dans ce tweet figure aussi l'adresse twitter du bénéficiaire (@XXXX).

La start-up tient les comptes réciproques entre tous les bénéficiaires et tous les payeurs (et donne accès à ces informations par le web ou par twitter).

Ensuite le payeur doit honorer son paiement, généralement via Paypal ou AmazonPayments, entre son propre compte Paypal ou AmazonPayments et celui de la start-up. La star-up paie ensuite le bénéficiaire sur un compte Paypal ou AmazonPayments ou autres.

La start-up est une sorte de banque intermédiaire entre les payeurs et les bénéficiaires, on pourrait parler d'agrégateur de micro-paiements.

Ces systèmes se sont développés techniquement avec l'arrivée des API évolués d'AmazonPayments et de Paypal.

Quel business modèle ?

TipJoy explique sa fermeture par une valeur ajoutée trop faible. En effet en tant que tiers, sa valeur se situe entre le tarif du système de paiement sous-jacent (AmazonPayments ou Paypal par exemple) et sa propre commission tarification : on parle ici de transactions qui démarrent à 1 centime et de commissionnement en général inférieur à 10%, mais difficile de s'y retrouver quand le système support génère des couts du même ordre.

Le cas de TipJoy est emblématique car cette société a bénéficié de financement (1 million USD de capital risque), avait su trouver un positionnement (caritatif notamment) et une très bonne notoriété.

La seconde raison avancée par les fondateurs de TipJoy est que seul un système totalement intégré au réseau social peut fonctionner, afin d'assurer un minimum de volume. Il est vrai que twitter n'a pas (encore) de brique de paiement intégrée, et que Facebook lui teste la sienne depuis quelques mois.

Mais tous les espoirs ne sont pas perdus, le concurrent TipIt annonce déjà une nouvelle version de son système. Bonne chance à tous.

denis vacher

Je suis analyste au Market Intelligence, j’étudie donc les offres télécoms des concurrents à travers le monde. Plutôt grand public qu’entreprise. L’idée est de faire partager cette veille auprès des collègues via les canaux internes et lorsque c’est possible auprès des clients grace aux blogs OBS. J’ai longtemps travaillé dans le secteur bancaire, ce qui m’a permis de développer une base de connaissance sur le mobile banking. Et ma curiosité se porte actuellement sur l’utilisation de la caméra du mobile pour faire tout … sauf de la photo.