numérique, Internet, prospectives... arsenic et vieilles dentelles (la suite)

Partager

"En France, il y a d'autres endroits où le changement se pense, en particulier à la Car le sujet est de bien savoir si le prix à payer est la destruction totale de l'écosytème de production existant, entrainant à terme la disparition de l'intégralité des contenus. Ou bien peut-on habituer l'utilisateur internet à ce que, comme il achète sa connexion, son matériel, son logiciel, il pense aussi à acheter le contenu qu'il consomme.

On pourrait effectivement valoriser l'importance du droit, mais l'Internet est avant tout une zone de sur-responsabilité pour un utilisateur, "ce n'est plus le minitel". L'intenaute moyen français n'est pas un super geek ! Donc il faut apprendre...

Un des objectifs des Lab Hadopi est donc aussi de faire circuler de l'information dans les deux sens... La Hadopi s'appuie sur tout son écosystème pour enrichir sa réflexion mais elle attend de celui-ci qu'il se fasse aussi le relais des bons usages. Hadopi, en alimentant les places de débats, espère avoir posé certaines bases statistisques, qualitatives et  des pistes originales en matière de compréhension des usages et des utilisateurs. Il y a d'ailleurs dans une certaine mesure, une unité de réflexion internationale sur les sujets de la réponse graduée, les mesures de filtrages, et à un degré moindre un plan de soutien pour l'émergence d'offres légales.

Eric Walter conclue ainsi : "Le challenge (et aussi paradoxe) est de pouvoir observer avec sérénité tout ce qui se passe dans l'actualité".

Pascal Adam

 

Pascal Adam

Au sein de l'équipe communication digitale externe d'Orange Business Services, je suis en charge de l'animation éditoriale du blog cloud computing et des newsletters thématiques envoyées à nos clients et prospects. Intéressé par tous les usages en mobilité, je partage aussi les expériences, les réflexions ou les perspectives recueillies lors de conférences ou salons sur le blog usage d'entreprises.