du concret dans les smart cities

Partager

Nathalie Leboucher, directrice du programme stratégique « Smart Cities » d’Orange, a présenté sa stratégie et annoncé des projets avec les territoires lors d’une matinée presse le 8 juillet. L’occasion de mettre du concret sur le concept de « ville intelligente », pourtant décrit et quantifié dans de nombreuses études.

un besoin bien identifié : transformer les infrastructures des villes et la façon d’y vivre

Adapter des villes qui vont croître de 2 milliards d’habitants et concentrer 70% de la population mondiale d’ici 2050, maîtriser la consommation d’énergie et la production de CO², fluidifier les déplacements urbains ne sont que quelques exemples significatifs d’un besoin impératif de transformer en profondeur les infrastructures des villes et la façon d’y vivre, travailler ou se divertir.

Des « smart cities » nouvelles sortent de terre – ou parfois de la mer – dans certaines régions du monde comme au Qatar, mais ce besoin est tout aussi présent dans les « vieilles économies ».

des acteurs nouveaux même si peu attendus

On pense intuitivement qu’il s’agit du terrain de jeu naturel des acteurs habituels de la ville : producteurs et distributeurs d’énergie, industries des transports, équipementiers de tous types, gestionnaires et grands constructeurs immobiliers sont en première ligne bien sûr.

Pourtant, que ce soit pour accompagner les projets de ces grands acteurs, ou pour accélérer de nouveaux services dans la ville, les acteurs des réseaux et du numérique sont incontournables dans cette révolution.

des projets concrets signes d’un vrai démarrage des smart cities

A l’image d’un tour de France des innovations en termes de Smart Cities, voici quelques projets dévoilés lors de la conférence de presse :

  • En Loire Atlantique, un projet emblématique d’accompagnement du lancement d’une nouvelle ligne de bus rapide : offrir du Wifi gratuitement aux passagers en exploitant la puissance de la 4G.
  • Dans les Bouches du Rhône, l’utilisation des données du réseau mobile permet de mesurer la fréquentation touristique du département et les flux de déplacement des touristes.
  • La gestion des risques naturels dans les Alpes Maritimes fait l’objet dès cet été d’un outil de pilotage alimenté par des indicateurs issus des réseaux mobiles, par exemple la densité de téléphones mobiles présents sur des zones à risques.
  • « Bordeaux en poche » sera dès le T1 2014 l’assistant mobile permettant aux citoyens d’accéder à un ensemble d’info agrégées et adaptées à chacun : bibliothèques, piscines, et stationnements résidents par exemple.
  • A Strasbourg, on peut aujourd’hui acheter et valider son billet de tramway avec un téléphone NFC
  • Et bientôt, dans le cadre d’un partenariat avec Streetline, start up californienne, des villes françaises bénéficieront d’une nouvelle expérience de stationnement (via un outil de guidage à la place), afin d’aider les municipalités à gérer leurs places de stationnement.

Ces projets rendent le concept des Smart Cities plus concret, donc plus visible.

François

François Duquesnoy

Le programme Smart Cities d’Orange propose des solutions numériques pour les grandes infrastructures de la ville et les services aux citoyens, dans l'eau, l'environnement, l'énergie, les transports, et l'ensemble des services urbains, en France et à l'international. Au sein de cette équipe je contribue à l’élaboration de la stratégie , ainsi qu’à la prospection auprès des collectivités locales en France.