Attaques en DDoS et guerres entre mondes virtuels

Partager

Il y a quelques années, les mondes virtuels avaient la côte : Etre présent sur SecondLife était un signe de reconnaissance entre personnes "dans le vent". Même les sociétés s'installaient dans ces mondes numériques afin que leur image soit associée à des "vapeurs d'avant-gardisme". Les mondes virtuels sont un peu passés de mode : Le tsunami des réseaux sociaux est passé par là.

Par contre, les jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs (MMORPG) sont bien présents et drainent des millions de joueurs dans le monde entier : L'une des étoiles est le mytique Word of Warcraft.

Parmi ces jeux en ligne mettant en scène plusieurs centaines de milliers de joueurs, eRepublik vous propose de d'être citoyen d'un pays virtuel et de défendre ses intérêts vis-à-vis d'autres pays. La carte du monde et les pays sont comme dans la vrai vie : Au programme on retrouve développement économique, politique et militaire.

Le DDoS est aussi utilisé : A de maintes reprises (Ici et ici), les administrateurs du site eRepublik font état d'attaques en déni de service visant à bloquer/empêcher des pays de se battre lors de combats organisés. Une guerre numérique dans le monde réel pour en bloquer une autre dans un monde totalement numérique. Un peu comme dans la vraie vie !

Sur le forum de eRepublik, le président (virtuel) de la Croatie se plaint de ces agissements qui perturbent le bon déroulement du jeu.

Dans ces mondes virtuels, on retrouve même des groupes de "cyber-hacktivistes", par exemple le 'Havard University".

Jean-François Audenard

Au sein de la direction sécurité du Groupe Orange, je suis en charge de la veille sécurité et de la prise en compte de la sécurité dans le cycle de vie des produits et services. Je suis passionné par la sécurité informatique et prends énormément de plaisir à partager cette passion via des vidéos, présentations et articles. Franchise, optimisme et bonne-humeur sont mes moteurs quotidiens. Vous avez des questions, des idées, des propositions : vous savez où me trouver ! :-)