les 10 termes à connaître autour de la digitalisation des points de vente ! Part 1

Partager

En mutation constante, le client utilise de nombreux canaux dans son parcours d’achat. Plus versatile et connecté que jamais, il n’hésite plus à utiliser son Smartphone en magasin pour comparer les prix ; ou à venir dans une boutique tester les produits avant de faire ses achats en ligne et de se faire livrer à la maison. De cet usage fait par le client omni-canal est né tout un vocable pour désigner la digitalisation des points de ventes et l’interaction du e-commerce et des réseaux physiques. A travers les 5 premiers termes, nous nous verrons comment :

  • générer plus de trafic en magasin : le Web-to-Store (Web 2 Store)
  • s’adapter aux usages multi-terminaux des clients : du web-to-store au Mobile-to-Store

générer plus de trafic en magasin : le Web-to-Store (Web 2 Store)

1) Web-to-Store : click & pick up

Depuis quelques temps le « web-to-store » est devenu le nouveau terme marketing à la mode. Il désigne le comportement du consommateur qui effectue une recherche d’informations sur Internet avant d’aller acheter son produit en point de vente.

Si ce terme renvoyait aux entreprises l’image d’un risque de cannibalisation de l’e-commerce sur le point de vente physique, il fait partie aujourd’hui d’un vrai enjeu stratégique qui se décline sous plusieurs formes.

C’est le cas de l’enseigne Décathlon qui propose la possibilité de commander sur son site Décathlon.fr et de venir retirer sa commande prête sous une heure et disponible jusqu'à trois jours dans le magasin Décathlon de son choix. (source : Lucie Pinzano)

2) ROBO / ROPO

On retrouve le concept de Web-to-Store à travers d’autres surnoms : le ROPO, qui signifie Research Online Purchase Offline, ou encore le ROBO, qui veut dire Research Online, Buy Offline. Si il décrit le parcours d’achat du client, il ne précise pas si l’entreprise peut vendre ou non sur son site Internet.

La dernière nouveauté ? Les réseaux sociaux s’affirment aujourd’hui comme de réels médias créateurs et accélérateurs de trafic vers les points de vente d’un réseau de distribution. Les consommateurs communiquent entre eux et échangent conseils et retours d’expérience au sujet de leurs futurs achats.

C’est le cas par exemple de Domino’s Pizza en Grande Bretagne, qui a permis aux clients via Twitter de faire baisser le prix de leur pizza préférée : plus le hasthtag #letsdolunch était tweeté, moins chère était la pizza. Cette offre limitée sur 2h a poussé les consommateurs interagissant avec le produit à s’impliquer davantage, à interagir avec la marque et ont été plus enclins à se rendre en magasin

s’adapter aux usages multi-terminaux des clients : du web-to-store au Mobile-to-Store

3) Mobile to Store

Le « mobile-to-store » est une déclinaison du « web-to-store » puisqu’il désigne le comportement du consommateur qui effectue une recherche d’informations sur Internet via son mobile ( Smartphone ou tablette) avant d’aller acheter son produit en point de vente. (source : LecercleLes echos.fr)

4) SoLoMo

Le SoLoMo, autrement appelé « Social, Local, Mobile » est l’un des nouveaux acronymes pour déterminer la convergence entre réseaux sociaux, géolocalisation et nouveaux usages du mobile.

L’exemple le plus connu reste le réseau social Foursquare, qui attire 15 millions d'utilisateurs dans le monde et vous permet de faire du « check-in » en utilisant le GPS de votre téléphone mobile pour identifier votre emplacement physique, puis de le diffuser auprès de vos amis sur les réseaux sociaux.

D’autres entreprises se lance dans le SoLoMo. Orange par exemple, a organisé son premier concours de check-in. L’opération événementielle « Faites tomber la couronne », annoncée sur les réseaux sociaux et destinée à une cible hyper connectée, consistait à booster le trafic sur ses points de vente, conquérir de nouveaux clients et fidéliser grâce à la géolocalisation. L’objectif / la démarche : Devenir le « Mayor de la semaine » et remporter un chèque cadeau « Ticket infini » de 100€ en se géolocalisant au sein d’une boutique Orange.

5) Store locator ou Dealer Locater

Le store locator est un site internet qui décrit l’ensemble des produits de l’entreprise et propose de localiser un magasin susceptible d’avoir la référence en stock. Ce service permettait alors de faire la promotion de son catalogue et renvoyer des prospects chauds vers un magasin. Il est utilisé dans un comportement « web-to-store »et de plus en plus fréquemment dans une démarche « mobile-to-store ».

C’est le cas du site Internet d’Yves Rocher, qui permet de géolocaliser ses magasins et ses magasins avec instituts dans le monde et par ville. Il permet aussi de géolocaliser le magasin le plus proche du code postal donné. Ou encore l’ensemble des franchises de lunettes Atol les opticiens.

sources :
étude commerce cross canal et pratiques ROPO
le store-to-web passe une nouvelle étape

crédit photo - violetkaipa - Fotolia.jpg

Adeline Brogard

Je suis consultante au sein du pôle de compétences Relation Client & Innovation d'Orange Consulting, entité conseil d'Orange Business Services, et accompagne les entreprises dans la réussite de leur transformation numérique.  Aujourd'hui, je travaille sur les services de "parcours client cross canal" et je m'intéresse particulièrement à l'évolution des usages multi-terminaux des consommateurs. Intéressée par le web et les nouvelles technologies, j'aime découvrir les tendances digitales de demain et les transformations qu'elles apportent dans notre approche de la relation client