Le Lifi s’invite (enfin) dans nos espaces de travail

Partager

« LiFi », ça ne vous dit rien ? Et pourtant, expérimentée pour la première fois il y a près de 15 ans, cette technologie de communication sans fil s’invite enfin dans notre quotidien. Son principe ? Transmettre des données grâce à la lumière. A la maison,  au bureau ou dans les commerces, les cas d’usages se multiplient. Et nos espaces de travail ne sont évidemment pas en reste. Envie d’y voir plus clair ? Sylvain Leroux, « IoT et LiFi Marketing Director » chez Orange,  a accepté de lever le voile sur cette technologie montante.

Sylvain, le Lifi est une réalité pour un nombre croissant d’entreprises, mais cette technologie reste méconnue du grand public. De quoi parle-t-on concrètement ?

SL : « Lifi » est la contraction de « Light Fidelity ». Le LiFi recouvre deux classes d’usage. On s’en sert d’abord pour surfer sur Internet. C’est  en quelque sorte un « cousin » du wifi. A une grosse différence près : le Lifi n’utilise pas les ondes radio pour transmettre les informations, mais le spectre lumineux. Moyennant un modem spécifique, une simple ampoule LED permet de vous éclairer, tout en offrant un canal de connexion extrêmement stable. Pour cela, on utilise la capacité de cette LED à produire une sorte de « morse optique », en clignotant à une vitesse extrêmement rapide et invisible à l’œil nu (plusieurs millions de fois par seconde). La magie de la technologie fait même qu’il n’est pas obligatoire d’avoir une lampe allumée pour offrir un accès Internet LiFi…Le tout procure une connexion à très haut débit (actuellement 54 Mbp/s offert sous chaque lampe mais les premières solutions à 1 Gigabit/s arrivent.)

En second lieu, le LiFi est utilisé pour envoyer des contenus et services contextuels vers des mobiles.  C’est la version bas débit, l’« Optical Camera Communications » (OCC). Cette variante permet de transmettre de petites quantités d’informations dans un périmètre extrêmement précis. On peut repérer une présence,  géolocaliser le mobile d’un collaborateur, d’un citoyen ou d’un client à quelques centimètres près et, s’il le souhaite, lui envoyer des informations ultra contextualisées. Mi-2018, plus de  40% du parc mondial de smartphones était déjà compatible avec ce service.

Quels sont les atouts du Lifi par rapport aux modes de connexion ?


SL : La lumière est déjà partout dans notre quotidien et les LEDs devraient représenter  75% du marché de l’éclairage en 2020. Le Lifi constitue une technologie extrêmement pertinente. D’abord par la stabilité du spectre optique qui offre une vraie qualité de service. Ensuite, par l’importance des débits  qui pourront supporter les usages de demain.  En laboratoire, des tests ont permis de télécharger l’équivalent de 18 films de 2 heures en moins d’une seconde !

Le Lifi est, par excellence, la technologie du dernier mètre. Elle permet de toucher l’utilisateur de manière très précise, tout en maîtrisant le périmètre de connexion. Elle permet aussi de couvrir certaines zones blanches à l’intérieur des bâtiments. On peut par exemple accéder à internet dans un parking non couvert par la 3G ou la 4G, ou dans un tunnel …

Faut-il s’attendre à ce que le Lifi remplace les technologies que nous utilisons aujourd’hui ?


SL : Wifi, 4G, LoRa, Bluetooth,   NFCet maintenant Lifine s’opposent pas, ils se complètent. Aucune de ces technologies ne couvre le spectre de tous les usages. Chaque technologie a ses avantages et ses limites. Le Lifi est donc une technologie complémentaire.

Largement répandu, le wifi continuera à être utilisé, mais avec l’arrivée de la 5G, la montée des débits attendus et les faibles latences demandées, le Lifi pourrait apporter un complément  intéressant. Une approche globale est à construire, en laissant l’utilisateur au centre des services et des solutions choisies.

Maintenant que nous y voyons un peu plus clair, quels sont concrètement les principaux cas d’usages ?


SL : Les cas d’usages se multiplient et il y a déjà quelques classiques. A la maison ou au bureau, le Lifi permet comme évoqué de se connecter à Internet ou à son réseau d’entreprise. Dans les transports, les pushs d’informations géo-contextualisées constituent une perspective évidente. Ils sont déjà en test à la RATP qui souhaite proposer le premier réseau de transport au monde entièrement équipé en LiFi.

Dans les magasins, le Lifi doit permettre d’améliorer l’expérience du client en analysant son parcours, en le guidant et en proposant des informations ou promotions géolocalisées. Il accroît notre capacité à produire des contenus au plus près des usages et permet de nouvelles approches entre le marketing et la communication du dernier mètre.

Ces possibilités ont déjà été exploitées dans certains musées, comme à la cité des télécoms par exemple.

Comment le Lifi peut-il impacter nos environnements de travail ?


SL : Les qualités générales du Lifi profitent directement au monde de l’entreprise. Elles s’intègrent pleinement dans la vision des espaces de travail de demain. Chaque point lumineux peut ainsi combiner la capacité à éclairer et à proposer une source de connectivité. Plus  besoin de tirer plusieurs  câbles. Les débits proposés constituent un atout évident. Mais à ce jour, c’est surtout l’ultra- stabilité de cette connexion sans fil et l’absence totale d’interférence avec les technologies radio qui séduisent les professionnels.  En maîtrisant le périmètre d’accès en entreprise, le Lifi propose deux atouts majeurs. Il permet de mieux sécuriser le périmètre de diffusion de l’information, tout en offrant à chacun la possibilité de bénéficier d’une « connexion  choisie ». Il permet enfin de couvrir certaines zones en mal de connectivité, notamment les bâtiments HQE pour lesquels il est demandé d’innover pour optimiser les connexions. . L’OCC pour sa part permet également la diffusion de messages d’information ou de communication interne géolocalisés et faciliter le guidage  à l’intérieur des bureaux.

Quelles sont les prochaines étapes pour cette technologie ?


SL : Chaque nouvelle technologie met généralement 10 ans avant de se déployer massivement auprès du grand public. L’échéance se rapproche donc à grands pas ! Les plus grands industriels s’intéressent de près au sujet (Philips, Schneider Electric, Thales, Nokia, Apple…) Nous travaillons aussi avec un écosystème de startups très dynamiques sur le sujet. A l’initiative d’Orange, le premier forum international dédié au Lifi a eu lieu en novembre 2017 et a donné naissance à la Light Communications Alliance. L’écosystème est en cours de stabilisation. La standardisation a permis de franchir un cap majeur. Nous sommes en phase d’industrialisation et de miniaturisation. De nombreuses offres existent déjà, mais il faut à présent que les chipsets manufacturers suivent pour rendre nos équipements habituels compatibles avec le Lifi. La deuxième génération de la technologie est arrivée. Elle a permis d’augmenter les débits de 50% et de baisser les prix de 30%. Et ce n’est qu’un début ! Selon Global Market Insights, d’ici 2023, le marché du Lifi dans le monde pourrait représenter 75 milliards de dollars. Il est temps à présent, d’inventer le futur de cette technologie !

Pour aller plus loin

Le LiFi, digne successeur du WiFi ?

 

 300x300_daniel_goncalves.png
Daniel Gonçalves

Directeur chez Orange Consulting, je contribue à créer les nouvelles expériences digitales de nos clients et tout particulièrement celles que vivent les collaborateurs à l’intérieur de l’entreprise.
Au-delà des outils et des technologies, l’humain est le point de départ et le point d’arrivée de toutes nos recommandations. C’est l’essence même de la philosophie « Human Inside » du Groupe Orange.