Simulation en santé : de quoi parle-t-on ?

Partager

En janvier 2012, la Haute Autorité de Santé publiait un rapport sur les pratiques de simulation dans le domaine de la santé. Mais de quoi parle-t-on quand on évoque ce terme « simulation » ? Quels sont les usages dans la santé ?

Simulation… késako ?

La simulation, on en a tous entendu parler voir on l’a tous expérimenté à la fête foraine quand on entre dans des simulateurs de vol ou des simulateurs de conduite automobile. Au-delà de l’aspect récréatif, la simulation est, il faut le savoir, largement utilisée par certaines professions pour former leurs employés : en aviation bien sûr mais aussi dans la marine ou l’industrie nucléaire.

En santé, son utilisation parait pourtant plus opaque. Repartons de la définition pour essayer d’âtre plus clair : « Le terme de simulation en santé correspond à l’utilisation d’un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural) de la réalité virtuelle ou d’un patient standardisé pour reproduire des situations ou des environnement de soin, dans le but d’enseigner des procédures diagnostiques et thérapeutiques et de répéter des processus, des concepts médicaux ou des prises de décision  par une professionnel de santé ou une équipe de professionnels » (chambre des représentants USA).

A ce titre, la simulation en santé n’est pas nouvelle car il est assez rapidement devenu éthiquement compliqué de former les médecins ou des professionnels de soins à des procédures complexes sur des patients. On distingue donc plusieurs champs de la simulation :

 

Thumbnail

Historique de la simulation en santé

La simulation en santé est donc loin d’être une nouveauté. Dès le 18ème siècle, Madame Du Coudray inventait un mannequin permettant de recréer des manœuvres obstétricales pour enseigner aux matrones l’art de l’accouchement.

Durant les années 60, pour arrêter de pratiquer les manœuvres de réanimation cardio-respiratoire sur des volontaires endormis et intubés, le fabricant de jouet Laerdal développe avec deux médecins le fameux mannequin Resusci Anne.

Et bien évidemment les avancées technologiques sont venues souffler un vent de modernité sur la simulation en santé. C’est maintenant des mannequins haute fidelité contrôlés par ordinateur qui sont utilisés.

 

 

Demain, vers des environnements de réalité virtuelle

On imagine du coup assez bien l’évolution à venir de la simulation médicale. En effet, la réalité virtuelle et augmentée est clairement un axe qui va permettre de moderniser encore plus dans les prochaines années la formation médicale. Les usages commencent d’ailleurs à se développer avec la démocratisation des outils et lunettes d’immersion.

 

 

Caroline.

 

 

 

Caroline Crousillat

Spécialiste de la communication digitale, je donne vie à Orange Healthcare sur les réseaux sociaux jours après jours. Geekette dans l'âme, je reste à l'affut de toutes les nouvelles applications des technologies dans la santé mais aussi dans d'autres domaines.