vivre la transformation du cloud chez Orange - part.1

Partager

Orchestrer le pilotage d'un programme transverse tel que celui du Cloud Computing chez Orange Business Services me place tous les jours face à ce constat : le cloud, ça vous change la vie !

Mais bien loin des slogans marketing « vaporeux » qui ont pu fleurir lors de la génèse de ces nouvelles activités de services – 2008, déjà presque la Préhistoire – j’affirme ici qu’être opérateur de services cloud a profondément transformé la manière dont la plupart de mes collègues voyaient et exerçaient leur métier jusque là.

Nouvelle jeunesse pour certains et grincements de dents pour d’autres, voici la première partie d’un petit florilège de ces témoignages glanés au détour d’un café.

chapitre 1 - Les stratèges, les marketeurs, les vendeurs, navigateurs en eaux agitées

Qui dit marché jeune, dit marché dynamique. Bouillonnant, même, dans le cas du cloud computing, avec l’apparition d’une myriade de petits acteurs innovants, l’annonce de grandes transformations par les géants historiques de l’IT, et la reconsolidation progressive de tout cet écosystème.

Constat : cette tectonique des plaques engagée dès 2008 est loin de s’être complètement stabilisée 4 ans plus tard.

la stratégie : ça secoue à la vigie

Dans ces eaux troubles, difficile pour le marketing stratégique de faire le tri dans la masse d’informations pas toujours concordantes que produisent les analystes, et de donner un cap clair, ambitieux mais atteignable, aux objectifs de l’entreprise sur ce marché innovant.

En comparaison, le marché « classique » des telcos sur la voix passerait presque pour un lagon paradisiaque et paisible… Cependant, de l’avis général, le défi s’avère passionnant et comporte chez Orange une dimension supplémentaire : réussir à valoriser et à intégrer pleinement la composante télécom d’un marché pourtant rendu célèbre par des acteurs « pure players » de l’internet.

les chefs de produits : ramer, mais synchronisés !

les chefs de produits : ramer, mais synchronisés !

Du côté du marketing produit, les offres de cloud computing sont bien sûr de formidables relais de croissance et l’occasion de (re)dynamiser certains domaines d’activité. « La troisième vague de l’IT », a-t-on beaucoup entendu dire au détour des couloirs, celle qui révélera enfin toute la puissance d’une informatique performante et flexible, finement alliée à la proposition de valeur rassurante des réseaux d’entreprise.

Et en se lançant dans la conception de ces offres, nos chers chefs de produit IT et réseau ont bien vite réalisé que bien qu’appartenant à la même entreprise, ils vivaient parfois des réalités bien différentes : les cycles de développement produit, les business models et même les vocabulaires de ces deux types d’activité sont loin de se ressembler !

De plus, l’offre technologique disponible pour la construction des offres est elle-même en pleine révolution, il leur faut donc faire des choix avisés pour garantir la pérennité des services dont ils assureront le lancement et le cycle de vie.

Face à ces enjeux, le recours à un pilotage transverse aux domaines d’activité de la feuille de route Cloud Computing est rapidement apparu comme la seule solution efficace pour préserver la sérénité de nos marketeurs !

les vendeurs : nos meilleurs et plus sévères ambassadeurs

Enfin, il est une autre population qui a dû apprendre à composer habilement avec la vague du cloud computing, j’ai nommé la toute puissante force commerciale. Une population nombreuse, aux attentes et aux objectifs traditionnellement bien définis, garante auprès de nos clients de la légitimité d’Orange Business Services.

Autant le dire franchement, tous n’ont pas vu d’un œil bienveillant l’arrivée de ces services payés à l’usage (donc rémunérés « au lance-pierre » ?), s’appuyant sur notre métier d’opérateur IT (« ah bon, on ne vend pas que du réseau et de la voix ? ») et suscitant qui plus est un feu nourri de questions de la part de leurs interlocuteurs en clientèle.

Pour le commercial sceptique, donc, passer au cloud computing pouvait très bien s’apparenter à un stage de survie commando en milieu hostile : on n’en revient pas entier sans un équipement adapté.

Il a ainsi fallu investir massivement dans la formation, les outils d’aide à la vente, et revoir en profondeur nos modèles de rémunération vendeur. Et puis progressivement, le bruit a commencé à courir que le cloud, on ne faisait pas qu’en remplir des présentations Powerpoint, certains en avaient même déjà vendu. Je ne connais rien de mieux que l’exemple de quelques héros précurseurs pour galvaniser le moral des troupes et susciter l’émulation collective !

Ceci conclut le premier chapitre du « cloud, ça vous change la vie ! ». Dans la prochaine édition, je m’intéresserai à un tout autre univers : celui des opérationnels du delivery, du support et des processus. Et vous imaginez bien que pour eux non plus, la transformation n’a pas été de tout repos...

Laurent

credit photo : © Guy Beyrouti et © DX - Fotolia.com

Laurent Di Pietro

I manage a team of server virtualization and storage experts / administrators within France Telecom.
My team is in charge of deploying and running the first internal cloud platform for France Telecom in France. They also manage virtual environments for some of the most critical IT platforms in the Group.
I also appreciate personal activities far removed from the world of ICT, such as cooking, art exhibitions or foreign films.