l'ETSI délivre ses spécifications pour la virtualisation de fonctions réseau

Partager

L’European Telecommunications Standards Institute poursuit ses travaux de développement des éléments d’architecture, de gestion et d’infrastructure identifiés pour la virtualisation de fonctions réseau.  Voici la première version de spécifications dite « NFV Phase 1 » obtenue après deux ans de travail et résultant de la contribution de plus de 200 acteurs du secteur des technologies de l’information et des télécommunications.

Cette première version a permis d’établir les concepts fondamentaux pour la virtualisation de fonctions réseau  mais aussi à créer un vocabulaire commun et un cadre architectural largement partagés dans l'industrie.

le cadre architectural NFV

Ce cadre architectural permet le déploiement et l’exécution de fonctions réseau virtualisées (VNF) sur une infrastructure cloud dénommée « NFV Infrastructure » (NFVI). Cette infrastructure NFVI est composée de ressources matérielles de base (pour le calcul, le stockage et le réseautage) qui sont partitionnées et partagées au moyen d’une couche logicielle de virtualisation. Cette couche logicielle peut par exemple correspondre à un hyperviseur, auquel cas, une VNF pourra être déployée sur une seule machine virtuelle au sein du NFVI.

figure 1 : le cadre architectural défini par l’ETSI NFV

Le déploiement, l'exécution et l'exploitation des VNFs dans l’infrastructure NFVI sont pilotés par des fonctions de gestion et d'orchestration (MANO) comprenant :

- un orchestrateur NFV (NFVO) en charge du cycle de vie des services réseau 

- un  gestionnaire (VNFM) en charge du cycle de vie des VNFs

- un gestionnaire (VIM) en charge de la gestion des ressources du NFVI.

les spécifications NFV Phase 1

Parmi les 17 spécifications publiées par l'ETSI NFV, on peut noter en particulier :

  • La spécification NFV-MAN001 qui fournit une description détaillée des blocs fonctionnels dédiés à la gestion et l’orchestration NFVO, VNFM et VIM et de leurs différentes interfaces. La spécification précise également les différentes étapes du cycle de vie des services réseau et des fonctions virtuelles de réseau VNF (comme l'embarquement, l’instanciation, la mise à l'échelle, la résiliation, etc.).
  • La spécification NFV-SWA001 qui décrit les bases techniques pour l'architecture logicielle des fonctions de réseaux virtuels (VNFs). Elle décrit le concept de décomposition d’une VNF en plusieurs composants VNF (VNFC), chaque composant correspondant directement à une machine virtuelle spécifique
  • L'infrastructure NFVI décrite selon trois axes (NFV-INF001), à savoir les ressources de calcul et de stockage, les hyperviseurs et les ressources réseau. Les trois spécifications fournissent notamment un ensemble d'exigences qui distingue un NFVI d'une infrastructure cloud classique.

Le reste des spécifications Phase 1 complète ces spécifications sur des sujets transversaux tels que les exigences de résilience (NFV-REL001), la performance et la sécurité.

suite des travaux et perspectives : la Phase 2

Le programme de travail de la Phase 2 abordera sur les 2 prochaines années:

  • l'interopérabilité pour les interfaces clés identifiées dans le cadre de la Phase 1
  • la portabilité de VNF
  • l’utilisation de nouvelle technologies de virtualisation (par exemple de type  Container) 
  • le rôle d’un contrôleur de type Software-Defined Networking (SDN) dans le cadre architectural NFV 
  • la division de l’orchestrateur NFVO en blocs fonctionnels chargés de l’orchestration au niveau des services réseau et de l’orchestration au niveau des ressources. 
     

Olivier Le Grand

En  collaboration avec Jamil Chawki

crédit photo : © madpixblue - Fotolia.com

Olivier Le Grand

J'assure, depuis 2010, la coordination des activités de normalisation relative aux réseaux du futur au sein d’Orange Labs. Impliqué activement dans les travaux de normalisation du cloud, je suis depuis 2012 éditeur de la future norme concernant l’architecture du cloud menée conjointement par l’UIT-T et l’ISO/IEC JTC1.
De 2008 à 2012, j'ai présidé le groupe de travail de l’UIT-T relatif à la définition d’architectures pour les réseaux de nouvelle génération et IPTV.
J'ai travaillé pendant 10 ans dans le domaine des architectures de commande pour les réseaux à haut débit au sein d'Orange.