accordez beaucoup d'attention à votre contrat de cloud computing

Partager

Notre précédent article avait permis de dégager un certain nombre de tendances sur le sujet crucial de la contractualisation dans le domaine de l'infrastructure cloud. Le contrat, nous l'avions vu, était un point crucial et complexe, même s'il ne constituait pas un obstacle selon les intervenants du panel de la conférence Cloud World Expo 2013. J'ai voulu poser la même question à Rodolphe Falzerana, responsable des partenaires clés à la Division des ventes indirectes d'Orange Business Services, et j'ai enregistré ses réponses dans un podcast dont la transcription est disponible ci-dessous.

 

Quelles sont tes remarques par rapport à la contractualisation dans le cloud computing ?

Les contrats c’est une très bonne question, il faut vraiment y accorder beaucoup d’attention. Quand on parle de Cloud Computing, on détermine les offres comme étant « as a service » et ce qui détermine le service c’est justement le contrat. Donc il faut le lire avec beaucoup d’attention. Bien-sûr, il y a les clauses évidentes comme le « service level agreement (ou SLA) » où il faut à tout prix qu’il y ait des pénalités à la clef, mais il faut aussi regarder les clauses de réversibilité, de localisation des données ; est-ce que les données sont bien en France et si elles ne sont pas en France, où sont-elles ? Ensuite, il y a des clauses de protection des données, de confidentialité, de propriété intellectuelle, ce sont autant de points qu’il faut absolument regarder pour être sûr de signer un bon contrat qui protège bien le client. 

Des conflits ?

Aujourd’hui, non, je ne vois pas de conflits dans ce domaine. Aujourd’hui les conflits apparaissent lorsqu’un prestataire ou un éditeur veut se retourner vers son fournisseur car il y a eu un défaut sur l’infrastructure, et qu’il s’aperçoit que son contrat est vide. Là effectivement, cela pose problème, et il y a suffisamment de couverture de Presse là-dessus, notamment Twitter vs Amazon et il y a eu d’autres cas dans le genre. Mais si le fournisseur est engagé sur des résultats, dans ces cas-là, il n’y a plus de problème, car on se doit de tenir le contrat, donc on ne va pas risquer une escalade juridique alors qu’on a signé le contrat et qu’on l’a rédigé soi-même.

Yann Gourvennec

voir aussi l'interview de Rodolphe Falzerana : contrats cloud : dans quel cas ne pas signer ?

crédit photo : © el lobo - Fotolia.com

Yann Gourvennec

Je suis spécialiste en systèmes d'information, marketing de la highTech et Web marketing. Je suis auteur et contributeur de nombreux ouvrages et Directeur Général de Visionary Marketing. A ce titre,  je contribue régulièrement sur ce blog pour le compte d'Orange Business Services sur les sujets du cloud computing et du stockage dans le cloud.