peinture sur crasse… dernière couche

Partager

Dans l'épisode précédent, nous avons mis l'accent sur la sécurité de l'accès réseau que celle des informations, en vous mettant en garde contre le "low-cost" dans le secteur de l’hébergement informatique. Dernier épisode de cette saga : la sécurité financière et la continuité d'activité.

capacité de financement : l'argent ça compte !

Si votre entreprise est soumise à des exigences réglementaires concernant la sécurité financière de ses actionnaires, en général Sarbanes Oxley (SOX pour les intimes) il y a de grande chance que le fait d’externaliser une partie de votre SI ait un impact sur votre capacité à gérer les risques et à maîtriser votre contrôle financier interne. Vous devez dans ce cas exiger de votre prestataire hébergement qu’il soit certifié ISAE 3402.
 
Dans le domaine des risques et de l’externalisation (outsourcing) de services, la norme SAS 70 était la plus reconnue, mais c’est dorénavant l’ISAE 3402 qui se profile comme le standard de référence pour apprécier les prestations de tiers. Mise en place le 15 Juin 2011, l’ISAE 3402 est une norme permettant aux utilisateurs de prestations externalisées d’obtenir une assurance quant à la fiabilité du dispositif de contrôle interne de leurs prestations de services.
 
Et à propos de sécurité financière :  voilà une bonne question à se poser concernant votre opérateur Cloud ! Le métier d’hébergeur Cloud est un métier à risque : on dit plus pudiquement « une activité très capitalistique ». Bref les investissements en capitaux sont énormes et la courbe de rentabilité très lente…
  • Quelle est la capacité de financement de votre hébergeur ?
  • Quel soutien peut-il espérer de son banquier ?
  • Quelle est la pérennité de son entreprise ?
  • Les éléments financiers qui me sont fournis sont-ils dignes de foi ?

continuité de l’activité : le temps ne doit pas être compté

Dernier point concernant aussi la continuité de l’activité : quelle est aujourd’hui la capacité de votre opérateur Cloud à répondre à de nouvelles demandes d’hébergement ? Quel est son taux de remplissage actuel ? S'il est trop bas, il a peut-être un problème de rentabilité (retour à la case « banquier ») ; s'il est trop haut, il va peut-être devoir investir dans une extension de son Datacenter (retour à la case « banquier »).

choisir son opérateur cloud : comptez vos atouts

Fin de cette chronique qui, je l’espère, n’aura pas été trop anxiogène. Les remèdes sont là, les repères existent. Comme tout prestataire de service votre opérateur Cloud doit prouver ce qu’il avance : la fiabilité de son outil, la qualité de sa prestation et, enfin, la capacité  de son organisation à assurer la continuité du service. Des certifications reconnues et décernées par des organismes indépendants sont là pour le guider et pour vous rassurer.

Martine Garrivet

crédit photo : alphaspirit - Fotolia.com

Martine Garrivet

Au contact quotidien des partenaires IT je partage leurs enthousiasmes et leurs réserves dans ce modèle de distribution que le Cloud computing nous propose. Spécialiste des canaux indirects à haute valeur ajoutée, j'ai, une partie de ma carrière, accompagné des VARs, revendeurs, intégrateurs, distributeurs pour le compte de constructeurs ou d'éditeurs.

L'écosystème IT est confronté aujourd’hui à un bouleversement qui va bien au-delà des aspects technologiques. C'est un nouveau modèle économique qui se dessine et auquel il faut s'adapter. C'est cette chevauchée du tigre que je vous propose de partager.