Google Chrome OS, Windows killer ?

Partager

Cette semaine, Google a dévoilé son navigateur bare metal Google Chrome OS, dont la version finale sera disponible milieu 2011.
Fort de ses 120 millions d'utilisateurs de son navigateur Chrome, après un essai dans la téléphonie avec le Nexus One sous Android, la marque s'attaque à présent aux notebooks.
Chrome OS est basé sur le navigateur Chrome avec un noyau linux, dédié système d'exploitation pour notebook (pour le moment) connecté à internet; il utilisera en effet principalement des services et applications en ligne. Toutefois avec son service Chrome Web Store on pourra télécharger des applications et s'en servir offline.Pour la configuration, 4 étapes simples seulement sont nécessaires. 
Coté connexion, elle se fait en utilisant vos identifiants Google (Gmail etc...),  les données sont alors associées et automatiquement synchronisées avec votre compte.
Fortement orienté cloud, à destination des netbooks, il ne pourra pas être installé (toutefois actuellement) sur des ordinateurs existants; le seul moyen d'utiliser Google Chrome OS serait d'acheter un netbook avec Google Chrome OS pré-installé.
Les "Chrome Notebooks" vendus avec la 3g nativement seront disponibles comme des smartphones, chez les opérateurs, avec des forfaits data.
L'éditeur travaille actuellement avec Samsung, Acer et Intel sur les futures machines à commercialiser. En parallèle, Google Cloud Print proposera une manière universelle d'imprimer.
Citrix travaille également sur Chrome OS pour implémenter une version de son Receiver permettant d'accéder à distance en mode connecté à des applications Windows en bureau Citrix Xenapp (technologie SBC) ou PC Virtuels sous Xendesktop (technologie HVD).
Pour le moment, un portable dénommé CR-48 en béta va être distribué à un grand nombre de testeurs US (inscription sur le site de Google) lors du programme pilote.
Annoncé comme une alternative à Windows, il faudra toutefois travailler sur de nombreux axes :
  • J'espère que ce plan marketing s'étendra par la suite, et que l'on pourra installer Chrome OS sur des PC ou portables existants, ou qu'il soit proposé en boot alternatif (comme Android pour certains portables).
  • Quelle sera la valeur ajoutée face à Android, et ne va t'il pas rester comme lui sur une niche de marché (j'entends pour le coté PC, car coté Smartphone il est leader)
  • Espérons qu'il y aura aussi une tablette tactile sous chrome OS pour concurrencer l'Ipad.
  • Les applications Android seront elle compatibles (pour éviter d'avoir plusieurs stores d'applications)
Aujourd'hui la cible est plutôt le particulier, espérons qu'une évolution vers une utilisation en entreprise sera prévue :
  • Des kits d'installation pour masterisation en entreprise seront ils disponibles
  • Quel sera le panel d'applications pour les entreprises et y aura-t-il un Chrome Web Store privé avec kit de développement pour l'installer coté intranet, avec des logiciels dédiés et développer en interne.
  • Coté authentification, il faudra implémenter autre chose qu'une connexion à un compte Google, vers un AD ou LDAP serait un minimum pour les entreprises.
  • Pour les mises à jours de l'OS, il faudra penser à un serveur de rebond en entreprise
  • Un antivirus sera à prévoir sur cet OS
En conclusion, cette annonce du Google Chome OS pour notebook est une bonne nouvelle coté alternative au tout Windows, mais de nombreux chantiers restent à approfondir si Google veut percer dans un second temps le milieu des entreprises, comme essaie de le faire Apple actuellement avec son Ipad.

Patrice Boukobza

Nicolas Jacquey
Patrice Boukobza
Aujourd'hui consultant en virtualisation, et cela depuis plus de 12 ans avec une forte expérience des grands comptes, Patrice a commencé l'informatique au siècle dernier, quand internet n'existait pas encore et que les premiers réseaux de PC commençaient à voir le jour. Il a vu l'avènement de ces PC et de Microsoft en entreprise puis chez les particuliers, et a connecté les premiers modems pour surfer sur internet. 
Il garde un souvenir suranné des années "internet" avec le fameux bug de l'an 2000 où il a fait partie des équipes luttant contre cette crise potentielle, comme 10 ans plus tard il fût acteur sur le sujet de la pandémie H1N1.
Habitué des blogs (il en possède 3 personnels), il est un des contributeurs principaux du blog virtualisation d'Orange.