Principal complexe hospitalier de Nouvelle-Aquitaine, le CHU de Bordeaux a mis à disposition de ses patients plus de 150 tablettes numériques qui renforcent le lien avec leurs proches et assurent la communication avec le personnel soignant.

Un afflux de tablettes en direction du CHU

Depuis le début de la crise sanitaire, les besoins en outils de communication mobiles se font sentir au sein du CHU de Bordeaux. Les patients souhaitent en effet garder le lien avec leurs proches, notamment lorsqu’ils ont été transférés depuis d’autres régions comme celle du Grand Est. Les professionnels de l’établissement désirent, quant à eux, pouvoir dans certains cas communiquer facilement à distance avec les patients, sans devoir prendre les mesures de protection sanitaires nécessaires à chaque interaction. Très vite, les dons de tablettes numériques affluent : constructeurs de matériel informatique, fondations ou associations locales proposent de nombreux appareils destinés aux services de réanimation, de gériatrie, de médecine accueillant des patients atteints du Covid-19 et aux EHPAD hébergés par le CHU. Le centre hospitalier dispose désormais d’un stock de plus de 150 tablettes de modèles très différents. Mais comment les déployer rapidement et en faire le meilleur usage ?



Il fallait permettre à l’établissement d’avoir accès au Wi-Fi sans perturber le fonctionnement des applications indispensables aux soignants, et aussi de sécuriser les tablettes afin qu’elles ne soient pas utilisables hors de l’hôpital, en bloquant par exemple les connexions à d’autres réseaux ou en activant leur géolocalisation.

 

Olivier Jecker, Responsable Département Ingénierie technique au CHU de Bordeaux.

Une configuration unique pour des usages contrôlés

Le CHU travaillait depuis plusieurs mois déjà à la mise en place d’une plateforme cloud pour déployer et gérer avec simplicité des applications sur tout type de terminal mobile. Pour accélérer le projet, il a fait appel aux équipes d’Orange Business Services qui ont paramétré la plateforme et configuré les premières tablettes en une demi-journée, là où plusieurs semaines de travail peuvent s’avérer nécessaires. Dans les 48 heures suivant la demande du CHU, les premières tablettes équipées notamment d’outils de chat et de visioconférence ont pu être distribuées. « Nous avons opté pour une configuration unique facilitant la prise en main des patients et du personnel soignant », souligne Olivier Jecker, Responsable Département Ingénierie technique au CHU de Bordeaux. 

Des tablettes indispensables dans l’hôpital de demain ?

Près de 120 tablettes sont aujourd’hui déployées, auxquelles la Direction des Systèmes d’Information et du Numérique (DSIN) peut intégrer à distance de nouveaux programmes. Dans le cas où le patient ne peut pas communiquer lui-même, comme au sein des services de réanimation, le personnel soignant programme des visioconférences avec les proches ou le médecin. En cas de problème avec l’appareil, une hotline dédiée a été mise en place pour porter assistance aux utilisateurs et faire réinitialiser la tablette si besoin. « Dans la situation actuelle, beaucoup de professionnels réalisent l’efficacité des tablettes mobiles et réfléchissent à leur utilisation future », constate Olivier Jecker. Afin d’uniformiser et simplifier sa gestion, le CHU pense également à intégrer toute la flotte mobile des soignants au sein de sa plateforme cloud, qu’il considère comme un investissement de long terme.

 

Pour aller plus loin