Quand les données satellitaires réinventent l’assurance

Le monde de l’assurance doit faire face à de nombreux défis liés aux technologies et notamment l’intelligence artificielle. Mais IA et Big Data sont aussi une solution pour la profession. Dans ce billet qui fait suite à notre présentation du salon Big Data et IA Paris 2020, j’explique comment réinventer le monde de l’assurance au travers des données satellitaires, notamment dans le cadre des crises sanitaires.

Notre sujet du salon Big Data et IA 2020 : réinventer l’assurance par les données satellitaires — image © CNES/Distribution Airbus DS, 2015

Une crise sans précédent oblige le monde de l’assurance à se réinventer

Le secteur de l’assurance est soumis à deux formes de pressions, une liée à la crise actuelle et l’autre plus structurelle. Ces deux causes se combinent pour obliger le métier à se réinventer.

Dans le contexte de la crise actuelle, les sociétés de réassurance (chargées d’assurer le risque pour le compte des assureurs) ont décidé de ne pas assumer les pertes induites par la crise, ce qui en accentue les effets conjoncturels.

Mais les défis de l’assurance ne datent pas d’aujourd’hui, comme l’explique Philippe Maso y Guell Rivet dans un article des Échos. En effet, le monde de l’assurance doit faire face à l’arrivée de nouveaux acteurs, industriels de l’algorithme.

Les assureurs, autrefois protégés, notamment dans la protection des biens et des personnes, par leurs données propriétaires qui faisaient barrière à l’entrée de nouveaux acteurs, voient leur modèle passer de la mutualisation à la personnalisation.

D’autres menaces pèsent également, comme le risque sécuritaire sur le SI sous la poussée du télétravail.

Big data et IA : un moyen de réinventer le métier de l’Assurance

Si Big Data et IA sont à la base des défis du secteur, ces technologies peuvent aussi constituer une force pour le réinventer. C’est ce que nous avons montré lors de notre conférence au salon IA et Big data du 14 septembre dernier. Michel Bénet, PDG de Diginove, une start-up qui fait partie de mon programme cloud starter et que j’ai déjà évoquée dans un article précédent, y expliquait comment la data et l’IA peuvent aider les assurances à anticiper les crises.

Anticiper les crises avec les données et l’IA : l’initiative d’AXA

« Les assureurs sont mobilisés, du fait de l’impact de la crise de la Covid-19 », a expliqué Michel Bénet. Désormais, l’enjeu du secteur est de « savoir comment anticiper les crises et mieux les prévenir », tout en maîtrisant les coûts.

Certains assureurs, comme AXA, « viennent chercher des compétences là où elles sont, et telles que nous les fournissons avec notre service TeleCense », a poursuivi le patron de Diginove.

L’enjeu pour la santé publique est de passer d’un modèle réactif à un modèle permettant d’anticiper les crises sanitaires comme celles que nous traversons.

AXA a travaillé avec Diginove, autour d’un grand nombre de maladies et pas uniquement la Covid-19. « C’est le cas de la rougeole, par exemple » a poursuivi Michel.

Avec TeleCense, le service développé par Diginove sur le portail sobloo et hébergé sur la plateforme DIAS du consortium Airbus-Orange, « nous disposons d’imagerie spatiale gratuite et de données provenant de sources différentes, notamment celles de l’OMS. Nous mixons toutes ces données afin de proposer des solutions » a expliqué Michel Bénet.

« TeleCense peut ainsi concrètement aider à l’amélioration des politiques de santé », explique Michel Bénet, car il permet de fournir des données aux professionnels du secteur sur les caractéristiques de la population et leur évolution. Ceci sur toutes les zones, y compris celles qui sont inaccessibles pour des raisons de conflits.

Principaux enseignements et évolutions futures

« Les bases de données que nous utilisons pour le Nigéria existent dans le monde entier », explique Michel. Copernicus fournit, en effet, une image de l’ensemble du monde tous les 10 jours, ce qui permettrait de couvrir toute la planète.

D’autres données, propres à chaque pays, sont cependant nécessaires, car « les maladies différent d’un pays à l’autre » précise l’entrepreneur. Il existe également des données anonymes issues du réseau mobile, Orange nous y donne accès.

Le projet en cours mené avec AXA est destiné à deux régions du Nigéria. « Si, avec les data scientists d’AXA, nous arrivons à obtenir de bons résultats, nous étendrons l’expérimentation à tout le pays », détaille Michel. AXA a pour objectif de généraliser cette méthode à l’ensemble de l’Afrique.

La grosse difficulté reste cependant la capacité de croiser toutes ces données de santé pour obtenir des résultats fiables. « On pourrait sortir des chiffres en trois mois, mais pour les valider et connaître leur niveau de fiabilité, plus de temps est nécessaire ».

Il serait même possible d’étendre cette solution à l’ensemble du monde. Pour cela, un an suffit, explique Michel Bénet.

En conclusion, les données, notamment les données satellitaires, et l’IA, sont autant d’opportunités pour les assureurs, et les États, de prévenir les crises sanitaires. Les outils existent et des expérimentations sont en cours. Il ne reste plus qu’à valider les modèles et les généraliser.
 

Pour aller plus loin

 300x300_precilia-fibleuil.png
Précilia Fibleuil

Responsable du programme Cloud Starter et plus largement du marketing opérationnel innovation, j’interviens auprès des start-up afin de leur permettre de s’appuyer sur la technologie et l’expertise Orange Business Services pour développer leurs solutions les plus innovantes.Convaincue que l’avenir des entreprises traditionnelles repose sur leur capacité à co-innover avec leurs clients et l’écosystème start-up, j’ai à cœur de faciliter les synergies entre ces deux univers.