Le pouvoir du cloud computing dans le domaine de la santé

Partager

Le cloud computing change la manière dont les prestataires de santé (médecins, cliniques et hôpitaux) prodiguent des services à leurs patients. Cette transition résulte de deux forces conjointes : l’impératif organisationnel de réduire les coûts tout en améliorant la qualité des soins.

Le cloud computing répond aux impératifs organisationnels des systèmes de santé

Les acteurs du système de soins doivent d’une part s’efforcer en permanence de réduire leurs dépenses opérationnelles tout en maîtrisant tant bien que mal l’augmentation des coûts des infrastructures, de la gestion administrative et des médicaments. Ils se retrouvent d’autre part confrontés à des exigences gouvernementales strictes quant à l’amélioration de la qualité des soins et l’adoption de normes communes au secteur.

Du côté des patients, les professionnels de santé doivent satisfaire le désir d’accéder instantanément à des services de santé de qualité. Habitués aux services et à la disponibilité permanente des commerçants et institutions financières en ligne, les clients espèrent et exigent le même niveau d’accès et de service de la part de leurs prestataires de santé. Par ailleurs, les citoyens sont aujourd’hui plus impliqués dans la gestion de leurs propres besoins en matière de santé, ce qui ne fait que compliquer les choses. Ils naviguent sur Internet en quête de diagnostics, d’informations et de traitements.

Finalement, tôt ou tard, les souhaits et désirs des patients se transforment en offre de services en ligne permettant aux prestataires de santé de communiquer avec les patients avant, pendant et après les procédures qu’ils doivent subir. Les professionnels de santé se tournent de plus en plus vers le cloud pour satisfaire les besoins de leurs patients et les besoins fonctionnels de leur environnement en rapide évolution, mais aussi pour moderniser leurs applications et infrastructures informatiques traditionnelles.

Soumis à une énorme pression économique, les établissements hospitaliers trouvent grâce à l’externalisation de la gestion de leur infrastructure informatique un moyen efficace de réduire les coûts et peuvent ainsi se concentrer sur les soins prodigués aux patients. Dans un tel contexte, les services SaaS et IaaS trouvent tout naturellement leur place.

Les nombreux avantages du cloud

Les solutions de cloud computing (public, privé ou hybride) offrent le même niveau de service, voire meilleur, que les structures informatiques internes, mais sont nettement moins onéreuses. Pour tout faire en interne, un établissement hospitalier devrait acquérir et entretenir l’ensemble du matériel, des logiciels et du personnel nécessaires, qu’il utilise ou non ces ressources au maximum de leurs capacités. En recourant à des services de cloud, les établissements hospitaliers ne paient en revanche que ce qu’ils utilisent (applications, stockage, services d’infrastructure, etc.).

La flexibilité est l’autre grand avantage du cloud puisqu’il permet aux professionnels de santé d’adapter les ressources à leurs besoins. Le cloud offre un accès simple aux applications et aux ressources à tout moment depuis n’importe où. Il réduit également le temps total nécessaire au déploiement de nouvelles applications.

Les hôpitaux : un nouveau carrefour numérique

À l’échelle régionale ou territoriale, les hôpitaux deviennent de plus en plus des carrefours numériques pour les systèmes de santé locaux, faisant le lien entre les pharmacies, soignants à domicile, maisons de retraite et médecins généralistes ou spécialistes. Permettre aux professionnels de santé de partager les données des patients est essentiel pour bénéficier de l’efficacité d’un réseau de soins connectés. Pour les hôpitaux, le cloud computing appliqué au domaine de la santé ouvre également la possibilité de mettre en place des initiatives de télémédecine. La télémédecine et la surveillance des patients à distance peuvent contribuer à réduire la durée des séjours et le nombre d’admissions en hôpital afin, une fois encore, de diminuer le coût des soins.

En outre, les établissements de santé qui partagent les données des patients (dont l’imagerie médicale) peuvent partager des plates-formes mutualisant et rationalisant ainsi les coûts. De nouveaux modèles de facturation tels que le paiement à l’utilisation s’offrent par ailleurs aux établissements hospitaliers. Les ressources sont mieux gérées et les coûts mieux répartis et contrôlés, plutôt que regroupés sans discernement. Les dépenses d’investissement sont réduites, libérant ainsi des capacités d’investissement pour les besoins directs des prestations de santé.

Enfin, le cloud computing conforme aux réglementations n’est pas seulement pertinent pour les établissements de santé, mais pour l’ensemble des entités qui constituent la chaîne de valeur des soins, notamment mais sans s’y limiter, les laboratoires pharmaceutiques, les assurances santé, les fabricants de dispositifs médicaux et les développeurs d’applications de santé.

Cas d’étude - Région Sans Film, l’Imagerie Médicale Partagée pour les établissements de santé en région parisienne

Le cloud transforme le secteur de la santé en offrant un accès à la demande aux ressources informatiques (applications, stockage, ressources informatiques, etc.) sans avoir besoin de déployer et gérer de logiciels ou équipements. Il est possible d’accéder à ces services de cloud depuis n’importe où et d’ajouter ou d’adapter la capacité souhaitée au besoin. Les économies réalisées grâce à l’externalisation de l’hébergement des données et applications permettent aux hôpitaux d’investir dans de meilleures prestations de santé, de recruter du personnel soignant et/ou d’acheter des équipements médicaux ou du matériel de diagnostic. L’amélioration des prestations de santé se traduit alors par une plus grande qualité des soins et donc un meilleur sort réservé aux patients.

Pour aller plus loin :

Allyson Kilbrai

Véritable 'News Junkie' qui a commencé son existence digitale dans l'ère pre-GUI, je suis accro aux actualités des médias qui présentent une analyse critique des affaires internationales. Au sein de l'équipe Orange Healthcare, je gère la communication à l'international et en France.