Transformation digitale : le cloud des données

Partager

La consommation digitale est un enjeu majeur, loin des discours passe-partout entendus ici et là. Peu importe en effet le nombre d'objets connectés qui existeront d'ici 5 ans. Ce qui compte c'est ce gigantesque Web des données qui est en train de se créer et de changer nos vies. C'est à la fois une révolution profonde de nos modes de pensée, de nos comportements, de nos habitudes, et que nous retrouvons ensuite dans nos entreprises.

En fait, c'est même bien plus que cela : c'est une remise en cause profonde de nos sociétés, sur fond de questions d'éthique majeures. Pour comprendre ces enjeux, au centre desquels on trouve bien sûr le cloud computing et les Big Data, nous avons interrogé Patrice Slupowski, VP de l’innovation digitale d'Orange qui nous a livré sa vision du futur.

Big Data : le déluge de données n’a pas encore eu lieu

Pour souligner le fait que les objets connectés nous accompagneront bientôt au quotidien, les instituts d’études et de recherche se livrent à une bataille de chiffres sur le nombre d’objets connectés qu’il y aura dans 5 ans. Les estimations vont ainsi de 20 milliards pour Gartner à 80 milliards pour IDATE, en passant par 50 milliards pour Cisco. Les chiffres sont vertigineux et laissent percevoir des possibilités de collecte de données jamais imaginées quelques années plus tôt : « il y a une profusion d’objets connectés, notamment dans les « wearables » (montres connectées, lunettes, bracelets, etc.), les voitures connectées, ou encore la maison connectée. Ces objets ont en commun la production de données », explique Patrice Slupowski. L’important n’est donc pas de savoir combien de milliards d’objets connectés nous accompagneront dans quelques années, mais de prendre conscience de la masse de données que nous serons capables de recueillir avec tous ces capteurs qui nous entoureront.

 

Figure 1 : selon McKinsey, l'Internet des objet pourrait avoir un impact économique estimé entre 4 et 11 trillions de dollars d’ici 2025

Cloud computing et objets connectés : la construction d’un monde virtuel

Avec la production continue de données par les objets connectés, « il se produit un phénomène que nous appelons la mise en données du monde », où les données stockées dans les serveurs suffisent à « décrire » le monde tel qu’il existe. Une vision qui n’est pas sans rappeler « la matrice » du film Matrix (1999), univers fictif recréé par des ordinateurs et où vivent les humains. Une perspective qui n’est évidemment pas sans susciter certaines angoisses. « C’est un phénomène inéluctable » insiste Patrice Slupowski : comment tirer parti de cette mise en données du monde ? Comment la réguler ? Comment en évite-t-on les excès ? « On voit bien que l’on est en train de passer d’un monde réel où on utilise des ordinateurs passifs, à un monde numérique complet et subi, qui va être une dimension parallèle au monde réel » envisage le VP Digital Innovation d’Orange. Cela implique donc d’avancer avec quelques gardes fous, des principes protégeant le respect de la vie privée, et une « méfiance éclairée » de l’intelligence artificielle.

Yann

Pour aller plus loin

Le cloud expliqué à votre DSI

Yann Gourvennec

Je suis spécialiste en systèmes d'information, marketing de la highTech et Web marketing. Je suis auteur et contributeur de nombreux ouvrages et Directeur Général de Visionary Marketing. A ce titre,  je contribue régulièrement sur ce blog pour le compte d'Orange Business Services sur les sujets du cloud computing et du stockage dans le cloud.