La supply chain et la place de la donnée dans la gestion des risques au cœur de la réflexion de sortie de crise des entreprises

  • L'enquête d'Orange souligne les opportunités pour développer la supply chain de manière pérenne et évolutive
  • La réussite dépendra de la connaissance des données remontées en temps réel, de la flexibilité et de la numérisation

Selon une nouvelle étude d'Orange Business Services, la supply chain de 40 % de multinationales était désarmée pour faire face à la crise Covid-19. Menée auprès de 320 entreprises internationales, l'enquête portant sur les secteurs de la fabrication, du transport et de la logistique démontre que la crise mondiale a radicalement modifié la manière dont les organisations abordent la gestion des risques.

83 % des entreprises interrogées déclarent être plus conscientes qu'il y a un an des risques liés à leur supply chain, tels que les pénuries de matières premières, les temps d'arrêt de fabrication ou les blocages au niveau du transport. Avec la pandémie, les entreprises ont réalisé qu'elles devaient être plus réactives, plus flexibles et plus innovantes pour faire face au changement. L'intégration de la résilience et du développement durable dans les supply chains, grâce à la numérisation ainsi qu'à la connaissance des données en temps réel, est une priorité pour les stratégies de transformation des entreprises. Elle est essentielle à la survie de nombreuses d’entre elles.

Renforcer la supply chain
Près de huit entreprises sur dix affirment avoir accéléré la transformation numérique de leur supply chain. En outre, près de la moitié des entreprises interrogées déclarent qu'elles envisagent de revoir leurs stratégies en matière de risques autour de la supply chain et de gestion des risques au cours des deux prochaines années. L'automatisation devrait également se développer de façon significative, afin de faire face à l'évolution rapide des niveaux de la demande. Actuellement, 42 % des entreprises interrogées indiquent utiliser l'automatisation dans la gestion des risques, un chiffre qui doublera dans les deux prochaines années.

Deux entreprises sondées sur cinq déclarent que leur supply chain ne pouvait pas faire face au plus fort de la crise. Les facilitateurs technologiques, notamment l'intelligence artificielle (IA), le cloud, la 5G et l'analyse de données, joueront désormais un rôle essentiel dans la consolidation des supply chains, grâce à une planification et une exécution améliorées. La collecte et le partage de données en temps réel amélioreront l'efficacité et la visibilité sur l'ensemble de la supply chain, tout en soutenant les relations entre les fournisseurs et les fabricants pour permettre une prise de décision éclairée

« La nature, la fréquence et le coût des crises ont sensiblement évolué ces dernières années. Avec la pandémie mondiale, nous comprenons mieux à quel point elles peuvent perturber le fonctionnement de nombreuses organisations et les conséquences critiques qui peuvent en découler. La pandémie a mis en évidence des vulnérabilités dans les supply chains et il est essentiel pour les entreprises de les réinventer afin de limiter les risques. Intégrer le numérique en diversifiant la combinaison géographique des sites de fabrication et des fournisseurs et en gérant mieux les facteurs de coût et d’impact environnemental, est aujourd’hui inévitable pour assurer la survie et compétitivité de l’entreprise » souligne Philippe Roger, directeur général d’Orange Consulting.

Redynamiser les programmes de développement durable
Bien que la crise ait rendu le développement durable moins central dans la feuille de route des entreprises, 59 % des sociétés interrogées affirment qu'une direction qui ne se préoccupe pas des questions éthique ou de développement durable constitue un risque commercial important ayant un impact sur le chiffre d'affaires de la société. Par exemple, en transformant leurs usines en usines intelligentes, les organisations peuvent réaliser une économie d'énergie de 30 %.

Dès à présent, 85 % des entreprises interrogées déclarent investir pour devenir plus durables. Cela inclut de nouvelles technologies de collecte de données pour mieux mesurer l’impact environnemental, mais aussi les facteurs de gestion et de contrôle tels que la consommation d'énergie.

« D'une manière ou d'une autre, la pandémie cessera. Mais les tendances de développement durable et les risques liés au changement climatique vont persister dans les prochaines décennies »», explique Erwin Verstraelen, directeur du numérique et de l'innovation et directeur du système d'information au port d'Anvers.« Par exemple, le Pacte vert pour l'Europe va exercer une pression plus forte sur toutes les parties prenantes afin d'identifier les origines des émissions et de réduire leur empreinte écologique. La supply chain en est un élément important. »

Si les actions des organisations s'alignent avec leurs ambitions, les programmes de gestion du développement durable basés sur le numérique deviendront presque universels d'ici deux ans.

Dans le rapport Real-Time Intelligence and The future of Supply Chains (Intelligence en temps réel et l’avenir des supply chains), 320 cadres supérieurs de multinationales de 18 pays ont été interrogés entre août et octobre 2020. L'enquête a été réalisée pour Orange Business Services par le groupe de recherche indépendant Longitude, une société du Financial Times.