7 façons de rendre la ville de demain plus intelligente avec la 5G

Comment les villes peuvent-elles se saisir des opportunités offertes par la 5G pour gagner en « intelligence » ? De la durabilité au bien-être des habitants, plongée dans un vaste champ des possibles.

1/ Répondre aux besoins en connectivité des zones les plus denses

L’arrivée de la 5G en ville répond d’abord aux besoins des citoyens, notamment dans les zones urbaines les plus densément peuplées où elle viendra éviter la saturation du réseau. Les usages numériques sont en effet en pleine croissance, avec une hausse de 40 % entre septembre 2019 et septembre 2020. S’agissant des entreprises et des services publics (hôpitaux, établissements scolaires ou d’enseignement supérieur, etc.), les besoins en connectivité sont également en hausse, en particulier pour ceux qui recourent à l’intelligence artificielle nécessitant des temps de réponse améliorés pour supporter le développement de nouveaux services. « Dans un second temps, la 5G fonctionnera avec son propre cœur de réseau, divisant par dix ses temps de réponse. Elle apportera alors des solutions aux entreprises, notamment industrielles, afin qu’elles restent compétitives », précise Cécile Sardet, Marketing et stratégie Smart city / Smart building chez Orange Business Services.

2/ Assurer la surveillance et l’entretien des infrastructures urbaines

Plusieurs municipalités comme Angers, Nice ou Saint-Quentin en Yvelines utilisent aujourd’hui des capteurs connectés pour améliorer l’entretien des espaces naturels (arrosage intelligent des espaces verts, détection du remplissage des bassins de rétention d’eaux pluviales) et pour optimiser le ramassage des déchets. La 5G a été conçue pour multiplier le nombre d’objets connectés et la montée en débit du réseau offrira de nouveaux usages. « Au-delà d’une capacité accrue à utiliser les objets connectés, les débits de la 5G, permettront de nouveaux usages comme les réalités virtuelle (VR) et augmentée (VA), très utiles par exemple pour les chantiers de voirie », souligne Cécile Sardet. « Les plans de ces ouvrages pourront être visualisés en VR afin d’être validés avant leur construction. »

3/ Optimiser les consommations énergétiques

Le Massive IoT viendra multiplier le nombre de capteurs connectés par mètre carré d’ici à 2023. Combinés à l’intelligence artificielle, ces capteurs fourniront aux villes une plus grande intelligence de la donnée pouvant servir leurs objectifs de neutralité carbone d’ici à 2040, un horizon fixé par plusieurs d’entre elles. En matière de consommation énergétique des bâtiments, la data facilitera l’analyse et l’anticipation des besoins pour des consommations calquées sur les usages réels. Pour fluidifier les déplacements en ville, les feux de signalisation s’adapteront de manière instantanée au trafic des véhicules, des vélos, des trottinettes et des piétons. Enfin, grâce à une meilleure connaissance en temps réel de la circulation des marchandises de bout en bout, les déplacements des camions et des transporteurs s’en trouveront eux aussi fluidifiés. En comparaison avec la 4G et à usage comparable, la 5G, deux fois plus efficace dès son lancement, le sera dix fois plus en 2025 sur le plan de sa consommation énergétique.

4/ Favoriser l’accès aux services de santé

La 5G sera au cœur de la solution contre la désertification médicale des territoires. Les services de télémédecine et de maintien à domicile de patients assistés à distance se généraliseront. Le suivi de ces patients sera notamment amélioré par la remontée en temps réel de leurs constantes via des objets de santé connectés. La téléchirurgie simplifiera l’accès à des soins spécifiques, sans que le patient soit contraint de parcourir des distances parfois importantes. La réalité virtuelle viendra offrir des séances de relaxation immersives d’un nouveau genre, pour aider à la gestion de la douleur chronique.

5/ Offrir des expériences touristiques et culturelles plus immersives

Les débits offerts par la 5G accélèreront les expériences immersives AR/VR dans le tourisme, la culture ou le sport. Visites de sites historiques et spectacles pourront ainsi être enrichis de commentaires et d’images superposés à la réalité. « Qui n’a jamais rêvé de visiter Pompéi avant l’éruption du Vésuve ? », illustre Cécile Sardet. Une immersion qui pourra également être proposée dans le cadre de rencontres sportives. L’Orange Vélodrome de Marseille, premier stade français connecté en 5G, a déjà pu offrir une expérience immersive au plus près du terrain grâce à un casque de réalité virtuelle à 360°.

6/ Faciliter l’aide aux premiers secours

Les temps de réponse très faible du réseau permettront par exemple le guidage d’un drone hors de portée de vue. Piloté depuis la caserne de pompiers, l’objet connecté pourra se rendre sur les lieux d’un incendie, prendre des images d’un immeuble en feu ou même intervenir via un arrosage aérien dès l’appel des secours, sans attendre que le camion de pompier arrive sur place. Une aide précieuse apportée aux premiers secours qui reste encore à l’étude et nécessite une règlementation adaptée.

7/ Développer une mobilité plus raisonnée

La 5G, c’est aussi la possibilité d’offrir des services de connectivité améliorant l’expérience usager dans les transports en commun. Lors du test de couverture 5G en gare de Rennes, les voyageurs ont pu télécharger des vidéos en quelques secondes pour les regarder durant leur voyage. À plus long terme, le développement des navettes autonomes connectées en 5G a pour objectif de limiter l’usage des véhicules personnels en ville et de fluidifier le trafic. « Avec les véhicules autonomes ou assistés, les transports en commun intègreront une nouvelle dimension de confort qui vise à faire basculer les usages. »

 

Pour aller plus loin