Renforcer la chaîne d’approvisionnement : la clé de la pérennité de sa production

La Covid-19 a révélé la fragilité des chaînes d’approvisionnement dans l’industrie en flux tendu. C’est pourquoi les organisations doivent repenser leur activité et leurs processus pour aborder l’« après » et ainsi faire face à de nouvelles crises éventuelles. Les éclairages de Frank Baggermans, Directeur Général d’Orange Benelux.

La chaîne d’approvisionnement, clé de la réussite des entreprises

Face à la pandémie de Covid-19, les industries manufacturières du monde entier ont été confrontées aux mêmes difficultés au même moment. Au-delà de ce contexte inédit, les chaînes d’approvisionnement doivent à l’avenir se montrer beaucoup plus résilientes pour assurer la continuité de leur activité, quel que soit le prochain enjeu mondial. Cela passe notamment par plus de flexibilité dans la gestion de leurs achats et de toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement afin d’éviter des interruptions aussi importantes.

L’International Data Corporation (IDC) souligne que les organisations devront également adopter une attitude plus structurée et proactive face au risque. Cela va bien au-delà d’un plan de continuité des activités : il s’agit de repenser la structure de toute la chaîne d’approvisionnement, en intégrant tout l’écosystème d’acteurs qui en fait partie.

Selon une enquête réalisée avant la pandémie, 84 % des responsables de la chaîne d’approvisionnement ont déclaré que le manque de visibilité représentait leur plus grand défi. De plus, 87 % ont déclaré qu’ils avaient de réelles difficultés à prévoir et à gérer les perturbations. Des difficultés accentuées par le contexte des derniers mois.

Des chaînes d’approvisionnement plus résilientes à l’avenir

Tout déséquilibre entre l’offre et la demande a une incidence sur la quantité de produits en circulation, donnant lieu à des pénuries ou des surstocks. Nous l’avons clairement vu lors de la pandémie : les bouleversements logistiques et le manque d’anticipation ont par exemple entraîné une pénurie de respirateurs et d’autres appareils dans les hôpitaux.

Par ailleurs, les fermetures de frontières ou les retards de livraison ont eu des conséquences sur tout l’écosystème commercial et ont conduit à des situations regrettables par un effet domino. Ainsi, dans le domaine agricole, malgré la forte demande en produits laitiers, les agriculteurs ont été contraints de déverser leur lait en raison de perturbations sur toute la supply chain, de l’exploitation jusqu’à la production.

Les outils numériques s’avèrent de précieux alliés pour résoudre ces problématiques liées à la complexité de la chaîne d’approvisionnement. L’intelligence artificielle (IA) et l’analyse des données, par exemple, peuvent fournir des informations précieuses sur les opérations en cours et faciliter la prise de décision. L’analyse prescriptive et prédictive permet en effet aux organisations de comprendre les changements rapides du marché et l’évolution du paysage commercial. L’IA et les systèmes GPS aident à optimiser les itinéraires de transport en temps réel, en fournissant des données pour des itinéraires alternatifs en cas de fermeture d’une frontière. Ils servent également à mettre en place des chaînes d’approvisionnement plus écologiques et plus durables.

Orange Business Services travaille avec ses clients pour créer des chaînes d’approvisionnement connectées et intelligentes, pour des systèmes plus résilients. Nous commençons à voir émerger une nouvelle génération de plateformes fondées sur les données, telles que l’Internet des Objets (IoT) et la Blockchain, qui joueront un rôle essentiel dans le développement de chaînes d’approvisionnement agiles, sécurisées et résilientes. Cela permettra aux organisations d’avoir une vision à 360° et d’intervenir là où il y a des déséquilibres, notamment en cas de crises à l’instar de celle provoquée par la Covid-19.

Cependant, ces nouveaux outils ne suffisent pas à construire des chaînes d’approvisionnement résilientes. Ils devront s’intégrer dans des infrastructures sécurisées qui incluent les fournisseurs externes, les régulateurs, les distributeurs et les consommateurs. Cela permettra à tous les acteurs de l’écosystème de voir où se situent les goulots d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement et d’en optimiser sa performance si nécessaire.

La bonne information aux bonnes personnes

La Covid-19 a obligé les industriels et les entreprises de logistique à recourir au télétravail pour les fonctions tertiaires. Elle a souligné l’importance de rendre les informations clés de la chaîne d’approvisionnement accessibles aux équipes à tout moment, partout et depuis n’importe quel appareil. Les entreprises qui sont restées opérationnelles disposaient en effet d’une série de dispositifs pour gérer la crise : une connectivité robuste et sécurisée, des outils collaboratifs, ou encore une cartographie de leur réseau de fournisseurs et de clients dans le cadre de leur stratégie de gestion des risques. Celles qui ne l’ont pas fait ont éprouvé des difficultés.

Pour les industries de biens de grande consommation, le manque de visibilité concernant les opérations et leurs résultats a entraîné des pénuries imprévues d’articles ménagers allant du paracétamol à la farine.

Les industriels qui avaient investi dans les applications Cloud ont pu mettre en place plus facilement et rapidement le télétravail de leurs salariés mais ils n’ont généralement pas la capacité de faire travailler la totalité de leurs employés à distance. Orange a dû trouver des solutions alternatives innovantes. Le Groupe a ainsi déployé Zscaler, une solution de migration des applications sur le Cloud pour alléger la pression sur le réseau d’une entreprise de biens de consommation courante. Il a aussi installé des passerelles VPN SSL Microsoft Azure pour assurer la continuité d’activité d’un autre industriel.

La résilience sera plus importante que jamais

À l’avenir, certains fabricants tireront les leçons des difficultés rencontrées pendant la pandémie afin de repenser leur modèle d’affaires. Ils intégreront aussi la flexibilité et le télétravail à leurs méthodes de travail. Pour ce faire, ils devront accélérer leur transformation numérique pour adopter des outils de collaboration intégrés et permettre à des équipes éloignées de travailler ensemble dans le monde entier. Une infrastructure numérique solide, des outils de contrôle de la performance ainsi que des capacités de sécurité renforcées seront alors essentiels.

Il ne fait aucun doute que la numérisation et l’hyperconnectivité faciliteront la sortie de crise. Les organisations dotées d’une grande agilité numérique dans leurs chaînes d’approvisionnement seront celles qui se développeront pour l’« après » en capitalisant sur leur capacité de réaction face à l’imprévu.