Formation 2.0 : tous à bord !

Partager

Ces dernières années, la « formation numérique » a suscité un fort engouement. Les MOOCs, SPOCs et autres innovations ont initié une nouvelle façon d’apprendre et de se former. Mais la transformation numérique de la formation professionnelle n’exploite pas encore tous les atouts des nouvelles technologies.

Les Ressources Humaines, en pole position de la transformation digitale

La transformation numérique profite à l’entreprise dans son ensemble, y compris aux Ressources Humaines notamment dans le domaine de la formation. Une récente étude du cabinet Deloitte révélait que, selon 74 % des entreprises, la formation est la mission de la DRH qui s’est le plus digitalisée. Il existe bien une prise de conscience de la nécessité de transformer les fonctions de l’entreprise grâce au numérique. Pourtant, le passage à l’acte se fait de manière très progressive.

« Aujourd’hui, 39 % des entreprises ont adopté la formation en ligne. Entre 2014 et 2015, la formation classique a reculé de 5 %. Ce changement a débuté fortement avec l’arrivée des MOOCs, qui ont apporté une véritable révolution. Depuis, la formation digitale progresse dans les entreprises, peu importe leur taille et cohabite toujours avec les formations traditionnelles, dans un ‘blended learning’ », précise Patrice Abolin, Business Developer Services Numériques Education-Formation chez Orange Business Services.

La formation digitale : un atout pour les entreprises

La formation digitale présente des avantages clés : souplesse, coût, sur-mesure, réactivité. « Imaginez qu’une grande entreprise doive former tous ses collaborateurs à une nouvelle réglementation. Avec le numérique, une formation est mise en ligne à la disposition des collaborateurs, pour les atteindre où qu’ils soient : sur un site distant, en télétravail ou même en déplacement… En formation classique, il aurait fallu organiser des sessions sur chaque site ou déplacer les collaborateurs, prévoir des sessions de rattrapage pour les absents… La formation digitale touchera tous les collaborateurs en quelques semaines quand la formation traditionnelle opèrera en plusieurs mois ! », résume Yannick Dherbecourt, Senior Manager Orange Consulting.

Plus simple à gérer, la formation digitale est aussi moins coûteuse pour l’entreprise – pas de déplacement des salariés, interruptions de travail plus courtes… Enfin, elle permet à chaque collaborateur de progresser à son rythme. Chacun peut accéder aujourd’hui à un large choix d’offres payantes ou gratuites, publiques ou privées, dans tous types de formats : MOOCs, classes virtuelles, serious games, conférences vidéo… « Cela a donné naissance au « pick and go » : chacun prend ce qui l’intéresse parmi ce foisonnement, adapte son rythme… Une liberté d’organisation qui constitue aussi une responsabilité », souligne Yannick Dherbecourt.

« Il faut faire une réelle distinction sémantique entre ‘’se former’’, ce qui relève de l’entreprise, et ‘’apprendre’’ qui est de la responsabilité de chacun. Désormais le salarié doit prendre en main sa propre formation », ajoute Thierry Curiale, « Il en a les moyens ! ».

Du mal à quitter les bancs du campus ?

La formation digitale crée aussi de nouveaux dilemmes. « Pour une grosse entreprise, généraliser le digital est une énorme remise en question. Qu’elle gère ses formations en interne ou en externe, un catalogue de formation est établi annuellement et sa mise à jour est complexe… De plus, beaucoup de grands groupes ont créé un campus de formation qui permet aux salariés de se rencontrer, de créer des liens transverses, de découvrir des expertises présentes dans l’entreprise… », explique Patrice Abolin. C’est pourquoi 85 % des entreprises du CAC 40 préfèrent conserver un mode de formation présentiel.

Pour les entreprises ayant amorcé le tournant de la formation digitale, certaines difficultés apparaissent. Son efficacité, par exemple, est complexe à mesurer. Certains MOOCs attestent du suivi des cours et valident l’acquisition des connaissances par un questionnaire. Mais un QCM valide-t-il une réelle compréhension du cours ? Autre écueil : « la solitude de l’apprenant » face à son module d’e-learning, qui décourage parfois.

Enfin, « trop de formations numériques reproduisent le modèle « vertical descendant » d’un professeur donnant un cours magistral à sa classe… Les spécificités du numérique, comme la capacité à travailler en réseau, sont occultées. La pédagogie de ces ‘’formations numérisées’’ gagnerait à être retravaillée », encourage Thierry Curiale, Directeur du programme Open Social Learning d’Orange et fondateur de Solerni, plateforme de MOOC francophone dédié à l’apprentissage social.

Un cadre législatif facilitateur

Côté réglementation, la législation de la formation professionnelle a évolué et offre un cadre propice à la formation numérique :

  • l’évaluation d’une formation n’est plus basée sur un nombre d’heures de présence : c’est le développement des compétences qui doit être prouvé,
  • le CPA (Compte Personnel d’Activité) et le CPF (compte personnel de formation) renforcent l’autonomie et la liberté du salarié, qui décide comment il va utiliser ses droits et bâtir son projet professionnel.

Cette responsabilisation du salarié est essentielle pour faire face à l’évolution de la formation et de son mode de « consommation ».

Sources
Interview Patrice Abolin / Yannick Dherbecourt / Thierry Curiale

Pour aller plus loin

>> Premiers pas pour intégrer la formation digitale en entreprise
>> Les collaborateurs se forment, l'entreprise se transforme