Réseaux hybrides : la réponse au boom du trafic

Partager

Parvenir à maintenir une infrastructure sécurisée et manager finement la performance du réseau, tout en maîtrisant les coûts : tel est le challenge auquel font face de nombreuses DSI. Dans cet exercice elles peuvent compter sur une nouvelle approche des réseaux : les réseaux hybrides.



Internet prend le dessus

Traditionnellement, les réseaux d’entreprise étaient surtout conçus pour donner accès à des applications métiers, hébergées dans des data centers de l’entreprise.

Avec le développement des usages sur Internet et des smartphones et tablettes, les lignes bougent ! En devenant un canal d’accès à des services numériques (collaboration, applications métier en SaaS...), il a vu ses besoins de bande passante bondir.

Chez les clients d’Orange Business Services, Internet représente déjà 40 % du trafic sur leur réseau WAN et les besoins de bande passante progressent de 21 % chaque année. Une étude menée par Cisco révèle par ailleurs que le trafic de l’Internet fixe professionnel augmentera en moyenne de 20 % par an (51 % pour l’Internet mobile), entre 2014 et 2019*.

Les réseaux hybrides comme réponse

Alliant le meilleur de l’IP VPN et d’Internet, les réseaux hybrides proposent une réponse à cette évolution du trafic en entreprise. Leur force : des fonctionnalités de hiérarchisation et de routage des flux, en fonction de leur importance, de leur provenance géographique, des équipements et de l’utilisateur. Ainsi, ils permettent de tirer parti à la fois d’Internet et des services Cloud, tout en maîtrisant les besoins en bande passante et donc les coûts.

Avec une infrastructure hybride, le trafic Internet est généralement acheminé via le réseau IP VPN de l’entreprise, jusqu’à ce qu’il soit dispatché à travers des passerelles régionales. À la clé, un dispositif qui garantit un contrôle et une sécurité centralisés. En contrepartie, des temps de latence peuvent apparaître lorsque l’utilisateur final est trop éloigné.

La solution : augmenter le nombre de points de sortie vers Internet. Cela permet à l’entreprise de diminuer la charge globale de son réseau VPN, de réduire les temps de latence et de minimiser les risques d’attaque. Telle est notre conviction chez Orange Business Services, avec la solution Business VPN Internet, qui intègre 15 passerelles régionales distinctes.

L’orientation dynamique du trafic, gage de flexibilité

À travers le modèle du réseau hybride, Internet gagne un rôle nouveau : il devient une voie secondaire lorsque le trafic IP VPN est surchargé. Ce mode de fonctionnement permet de re-router les flux consommateurs de bande passante les moins prioritaires.

En jeu, la performance des applicatifs essentiels pour le business ! Les réseaux hybrides offrent une granularité, une visibilité et un contrôle sur le fonctionnement de toutes les applications de l’entreprise : un aspect auquel seront sensibles les entreprises fonctionnant avec des succursales ne disposant pas d’une connexion à haut débit.

Un allié des politiques de sécurité

Cette nouvelle approche du réseau constitue une réponse à l’enjeu global de sécurisation du système d’information. Sur le réseau hybride, le niveau de protection est uniforme quel que soit le lieu de stockage des données auxquelles l’utilisateur accède (Cloud ou data center d’entreprise).

La DSI déploie ainsi une politique de sécurité uniforme, indépendamment de la localisation des utilisateurs, des équipements et des réseaux utilisés. Autre avantage de l’hybridation, la gestion dynamique des paramètres de sécurité : l’accès aux données de l’entreprise peut se paramétrer selon la fonction de l’utilisateur, le niveau de sécurisation de l’équipement et le réseau exploité.

* Source : Livre blanc « Cisco Visual Networking Index »,Cisco, 2015


Découvrir l’article original de Thomas Sourdon, Manager chez Orange Business Services



Pour aller plus loin

>> Les réseaux hybrides : qu'est-ce que c'est ?

>> Étude sur l'évolution des besoins en réseaux WAN d'entreprise à l'horizon 2020