Cancer du sein : quel rôle pour l’IoT dans le parcours de soin ?

Partager

Le cancer du sein a touché plus de 2 millions de personnes dans le monde l’an dernier. Il est le plus diagnostiqué chez les femmes. Grâce aux progrès constants de la recherche, il est aussi l'un des cancers au taux de guérison le plus élevé. Les nouvelles technologies ont un nouveau rôle à jouer dans cette bataille de longue haleine, notamment grâce aux progrès de l’IoT.

Des capteurs pour détecter l’apparition de la maladie

Si la mammographie régulière reste le meilleur moyen de dépister le cancer du sein, l’utilisation de capteurs insérés dans les sous-vêtements s’avère être une nouvelle méthode complémentaire très efficace. Le port d’un soutien-gorge connecté pendant une demi-journée permet ainsi de vérifier régulièrement que rien n’est anormal. Des produits comme Eva ou iTBra utilisent des capteurs de chaleur embarqués : les données collectées permettant de cartographier la répartition de la chaleur sur les seins et de détecter précocement une tumeur. Les résultats sont ensuite transmis au médecin en cas d’anomalie.

En France, hôpitaux et sociétés spécialisées dans la data travaillent de concert pour élaborer d’autres solutions innovantes. L’entreprise Quantmetry et les hôpitaux de Strasbourg ont ainsi mis au point une manche connectée capable de prévenir l’apparition d’un lymphœdème (grossissement du bras en cas de cancer du sein). Les capteurs mesurent la circonférence du bras et son évolution, les données pouvant être instantanément analysées et transmises au corps médical en cas d’anomalie. Cette détection précoce du gonflement évite qu’il ne s’installe durablement sans dépistage complémentaire.

 

Promouvoir l’activité physique auprès des patientes

Encore peu étudiés jusqu’à aujourd’hui, les dispositifs technologiques basés sur l’IoT tels que les bracelets connectés pourraient aider à promouvoir l’activité physique auprès des patientes atteintes du cancer du sein. Dans cette optique, le Centre Léon Bérard en partenariat avec Orange Healthcare et la start-up Biomouv ont lancé en 2018 un programme d’activité physique doté d’un dispositif connecté pour améliorer la prise en charge des patientes. Un programme d’APA (activité physique adaptée) personnalisé permet de réaliser des séances de marche ou de renforcement musculaire via des vidéos d’accompagnement sur un site internet. Un bracelet connecté mesure l’activité physique et notamment le nombre de pas effectués au quotidien. Les données remontées par le bracelet ainsi que les informations déclaratives des patientes permettent une analyse continue des progrès effectués. L’objectif du programme : atteindre les recommandations internationales, soit 150 minutes hebdomadaires d’activité physique d’intensité modérée à élevée.

 

IA et IoT alliés contre le cancer

Alors que les progrès de l’IA révolutionnent de nombreux secteurs d’activité, ils pourraient également accélérer la recherche et la détection des cancers du sein en traitant les données recueillies par les capteurs corporels. Les objets connectés deviendraient des pourvoyeurs de données alimentant les algorithmes de prédiction qui utilisent l’apprentissage profond. En injectant des centaines d’images de métastases et de diagnostics à la machine, l’IA pourra par exemple classer les mammographies en différentes catégories selon leur gravité et déterminer si elles sont ou non cancéreuses avec une précision dépassant les 90 %. L’algorithme LYNA, actuellement développé par Google, est déjà en mesure de repérer les métastases dans une grande variété de conditions. Reste à utiliser cette intelligence artificielle en conditions réelles pour vérifier si elle pourra tenir toutes ses promesses et devenir un véritable assistant pour le médecin. En cas d’efficacité avérée, tout l’enjeu sera de concevoir des systèmes d’analyse garantissant la confidentialité des données de santé pour toutes les patientes.

 

 

Pour aller plus loin