#leweb : l'Homme est-il au centre de l'Internet des objets ?

Partager

La fin de matinée du second jour de LeWeb'12 a été absolument fascinante, notamment grâce à Dr. DJ Patil (scientifique "données" chez Greylock Partners) et Amber Case (directrice du département R&D de l'Esri). Et voici pourquoi...

replacer l'Internet des objets dans notre quotidien

L'Internet des objets est bien plus qu'une tablette ou un smartphone. C'est ce bracelet qui transmet des données sur notre performance durant notre jogging, c'est cette application iOS pour calculer notre tension, c'est cet analyseur de sommeil, etc. Selon Dr. DJ Patil, tous ces "outils" nous changent, nous les humains, en Internet des objets : nous y entrons tel Neo dans la matrice.

Si l'on prend le dernier réacteur de GE, toutes ses hélices envoient des données au pilote : consommation, état physique, etc. Toutes ces informations provenant de senseurs sont bien là. Mais qu'en est-il de l'analyse ? Les données sont bien transmises mais ne sont pas analysées/transmises analysées.

revenir sur le but de l'Internet des objets

100_0075.jpgIl est donc anormal de ne pas avoir, constamment, une utilisation sensée des données extraites. Les questions à poser pour y donner du sens sont :

  • que va-t-on apprendre de ça ?
  • que va-t-on faire grâce à ces données/analyses ?
  • que vous voulez-vous faire ressentir ?

Le but de l'Internet des objets est de donner le pouvoir aux utilisateurs qui y ont accès : les faire devenir des "super-héros" comme le précise Dr. DJ Patil. L'Internet des objets, c'est être capable d'aller plus loin plus facilement plus rapidement.

une histoire d'humain plutôt que d'objets ?

Il ya donc besoin de personnes derrière les données pour les magnifier : les "scientifiques des données 2.0". L'Internet des objets ne peut fonctionner sans humains pour l'analyser.

De la même manière, les humains sont au centre de l'Internet des objets : comme le précise Amber Case, nous sommes "l'input". Par exemple, grâce à la géolocalisation, une application ("don't eat that" : ne mangez pas ça) vous envoie des notifications en croisant des données :

  • votre situation géographique
  • des avis sur Internet concernant le restaurant juste à côté de vous

pour au final vous prévenir que ce restaurant ne vaut pas le coup. C'est donc cette application qui est le scientifique des données 2.0, grâce à l'extraction de données provenant de nous et de l'Internet.

conclusion

Au final, on revient à ce que disais Marc dans son article sur l'importance d'une passerelle entre les données et l'humain. L'Internet des objets ne sera rien sans l'humain. Et c'est tant mieux ! :-)

Rémi