le transport intelligent, une solution à l’engorgement urbain

Partager

Les villes sont de plus en plus amenées à porter la croissance mondiale. Dans ce contexte, l’engorgement urbain généré par la croissance démographique et l’urbanisation peut devenir un facteur menaçant de la croissance économique. C’est ainsi que le transport intelligent combiné aux smart cities peut apporter des solutions à valeur ajoutée.

C’était l’un des sujets majeurs de la conférence M2M & Connected Devices qui se tenait à Bruxelles, lieu tout indiqué pour cette réunion puisque selon le relevé statistique du trafic INRIX, la capitale belge figure actuellement en tête du classement mondial des villes congestionnées. Pour discuter de ces questions, Samuel Loyson, directeur du pôle Voiture connectée d’Orange, a invité :

un mouvement d’urbanisation inexorable

Selon les Nations unies, la population mondiale atteindra le chiffre impressionnant de 9 milliards de personnes en 2050, alors que son effectif actuel, déjà conséquent, s’élève à 7 milliards. Cette population se développera essentiellement dans les villes, reflétant ainsi un mouvement d’urbanisation inexorable. La population urbaine devrait ainsi compter 6,3 milliards de personnes en 2050, soit plus du double d’aujourd’hui.

une congestion nocive pour le PIB

Une urbanisation galopante non gérée accentuera inévitablement la congestion des centres-villes déjà densément peuplés, ce qui aura des répercussions sur la productivité, comme le constate la Banque mondiale qui affirme que la congestion coûte déjà au Caire 4 % de son PIB.

L’un des moyens de remédier à ce problème consiste à encourager l’utilisation des transports en commun publics ainsi que les pratiques de covoiturage et d'autopartage. Samuel Loyson a rappelé que même dans de grandes villes comme Paris, près de la moitié des déplacements sont effectués en voiture. L’accès à internet sur le réseau de transport public peut par exemple être un argument incitatif pour abandonner sa voiture.

Icon a mis en place plusieurs projets de ce type dans de nombreuses villes du monde. « À Nantes où nous avons équipé les bus d’un service d’accès wifi public, certains empruntent les lignes uniquement pour consulter leurs e-mails », souligne Francis van Eynde. En France, Valère Pelletier indique que l’accès wifi est le deuxième avantage le plus apprécié des passagers des trains Thalys après les repas servis à bord (nous sommes en France après tout !).

un stationnement facilité

Les villes de demain devront aussi bien sûr répondre aux besoins des automobilistes ou des personnes qui ne souhaitent pas utiliser les transports en commun. La question du stationnement est un enjeu essentiel. Près de 30 % du trafic urbain est en effet dû aux automobilistes qui cherchent à se garer, a souligné Asdrubal Pichardo. Dans certaines villes, comme Palerme, ce chiffre est encore plus élevé et atteint 40 %. En moyenne, un conducteur met ainsi 18 minutes pour trouver une place.

Streetline a développé un système qui utilise des capteurs installés dans les rues et les infrastructures urbaines pour détecter les places de parking disponibles et en informer les automobilistes. Son utilisation en combinaison avec le réseau de transport public permet de créer des pôles d’échanges dotés d’emplacements de stationnement qui réduisent le recours à la voiture. « À Washington DC, les automobilistes peuvent voir en temps réel si des places de parking sont disponibles dans la gare, ce qui les incite à prendre le train pour aller en centre-ville », indique Asdrubal Pichardo.

un modèle économique à définir

La complexité des environnements urbains explique la grande diversité des modèles économiques. « Nous nous sommes vite rendu compte qu’il n’était pas possible de vendre des technologies ou des offres standard en raison du partage des responsabilités et des silos de données destinés à différents secteurs », déclare Francis van Eynde. « Nous sommes donc passés de l’investissement au modèle locatif. »

Le modèle économique peut varier : pour un autocariste longue distance, l’accès à Internet sera utilisé comme élément de différenciation et facturé aux passagers, tandis que des communes le prendront à leur charge afin de favoriser l’utilisation des transports en commun.

Les infrastructures intelligentes offrent aussi l’avantage de pouvoir utiliser les capteurs d’une application dans d’autres contextes. Asdrubal Pichardo explique ainsi que des détecteurs de places de stationnement peuvent aussi servir à déterminer les températures des rues en temps réel, ce qui permet par exemple aux villes de savoir s’il faut recourir aux chasse-neige ou non.

Et vous, quels services vous feraient preférer les transports en commun à la voiture ? L’accès à Internet est-il suffisant ?

Anthony

Retrouvez la version originale de cet article en Anglais ici.

Anthony Plewes

After a Masters in Computer Science, I decided that I preferred writing about IT rather than programming. My 20-year writing career has taken me to Hong Kong and London where I've edited and written for IT, business and electronics publications. In 2002 I co-founded Futurity Media with Stewart Baines where I continue to write about a range of topics such as unified communications, cloud computing and enterprise applications.