l'analyse au service du M2M

Partager

Dans deux précédents billets, Marc et Sylvain nous ont présenté plusieurs challenges de la communication Machine-To-Machine, avec ou sans carte SIM (voir ici et ).

Ce billet-ci se focalise sur l'intérêt de la phase d'analyse pour le M2M.

état des lieux

C'est un fait, le nombre d'équipements communicants (physiques ou virtualisés) augmente de façon continue, voire exponentielle (e.g. en juin 2012, il y a plus d'un million d'activation Android par jour et le nombre d'activations augmente de 250% chaque année ! Voir article d'Engadget).

Cette augmentation massive soulève toujours plus de nouveaux challenges portant, entre autres, sur le monitoring et le management. En particulier, plus il y a d'équipements communicants, plus il y a d'informations à appréhender.

Dans le cadre, par exemple, de l'évolution et de la mutation des cities en smart cities (i.e. les villes tirant partie de l’intelligence digitale), la quantité d'informations disponible va être colossale.

Il est donc nécessaire de pouvoir prendre du "recul" par rapport à cette quantité d'information : la phase d'analyse est un bon candidat pour nous y aider.

analyse

L'analyse sert à identifier des situations ou des états clés. Pour ce faire, elle utilise les informations de monitoring et des descriptions de situations à identifier. Elle produit ensuite des indicateurs de plus haut niveau relatifs aux situations recherchées.

Une situation à identifier est composée de seuils qui peuvent porter aussi bien sur des éléments fonctionnels que non-fonctionnels, et qui peuvent être aussi bien des éléments métiers que des éléments transverses.

Les résultats produits par l’analyse peuvent être utilisés :

  • pour informer, e.g. un administrateur ou un support hotline
  • pour sélectionner dynamiquement les services à l'exécution
  • pour prendre des décisions, e.g. spécifiques à un domaine comme le Green
  • pour connaitre la compatibilité d'une cible lors d'un déploiement
  • dans le cadre de mécanismes d'enforcement, de boucles autonomiques
  • comme argument/constat pour rompre un contrat
  • etc…

un exemple d'utilisation

Nous avons déjà eu l'occasion d'introduire et de mettre en œuvre, avec succès, des analyses :

  1. pour un gestionnaire d'élasticité à destination du cloud
  2. et pour le déploiement logiciel et le green computing dans le digital home.

Plus précisément, dans le cadre du déploiement de services logiciels sur des équipements du digital home, l'analyse intervenait :

  • à l'installation des services pour vérifier si le digital home cible de déploiement possédait toutes les ressources requises (en termes d'équipements, liens réseaux et services)
  • à l'activation du service (i.e. démarrage) pour vérifier si l'ensemble des ressources nécessaires au bon fonctionnement du service étaient présentes et disponibles
  • et, enfin, à l'exécution du service (suivi du comportement du service).

conclusion : et ensuite !

L'analyse peut aussi prendre tout son sens, par exemple, dans le cadre du suivi de camions de transport de fret ou de ramassage de déchets : pour détecter en temps-réel un écart entre le trajet annoncé et le trajet effectivement suivi, pour identifier un dysfonctionnement sur un élément du camion (e.g. usure des freins) ou un comportement possiblement synonyme de danger (e.g. somnolence du conducteur), etc…

Avez-vous vous aussi beaucoup d'informations à appréhender ? N'hésitez pas à partager votre expérience ou vos questions en écrivant un commentaire ci-dessous. :-)

Antonin

crédit photo : © BLACK ME - Fotolia.com

Antonin Chazalet

Titulaire d'un Doctorat en Informatique (spécialité Ingénierie des Logiciels), je travaille pour Orange depuis 2009 au sein de projets sur le Monitoring, l'Analyse, le Management et le Déploiement de Services Logiciels (Java, OSGi) pour le Cloud Computing, le Green Computing, le Digital Home et le M2M.