ici Londres, les machines parlent aux machines !

Partager

Depuis quelques années, on entend souvent parler du machine to machine ou M2M. Ce secteur qui tend à se développer sous-entend que des machines communiquent entre elles.

mais pourquoi deviennent-elles si bavardes ?

Cela n'a rien de spontané. A l'origine de cet engouement, on retrouve deux causes principales :

  • Contrôler ! C'est le côté Big Brother du M2M.
  • Faire émerger de nouveaux services. C'est l'aspect récréatif du M2M.

1er usage : le M2M, le super flic des telco

Ce côté flicage, on le retrouve dans tous les secteurs du M2M.

Les gestionnaires de distributeurs automatiques cherchent à savoir si leurs machines fonctionnent et à connaître l'état du stock de chacune de leur machine, en quasi-temps réel. C'est le cas en particulier des produits frais, comme les yoghourts, qui supportent mal les variations de température. En cas de panne de réfrigération, si on arrive trop tard, le gestionnaire n'a plus que ses yeux pour pleurer sa perte de chiffre d'affaires et la colère du consommateur qui l'aura appeler pour se plaindre de son sandwich avarié.

C'est aussi le cas des équipements industriels, des caméras de vidéosurveillance où mieux vaut être prévenu rapidement en cas de dysfonctionnement.

Si nous nous penchons sur le domaine de la santé, on peut citer les pacemakers pour lesquels il est par exemple important de connaître au jour le jour l'état de la batterie. L'apnée du sommeil ne fait pas exception. L'utilisation du masque par les patients est très contraignante et beaucoup le range au placard, mais le traitement fait l'objet d'un remboursement par la sécurité sociale (4 fois le prix d'une consultation par un généraliste tous les mois !). Enfin, on devrait presque en parler au passé, puisque d'ici quelques mois, seuls les masques susceptibles d'envoyer quotidiennement des informations prouvant leur utilisation par le patient resteront remboursés par la sécu.

2ème usage : l'émergence de nouveaux services destinés aux utilisateurs

Le M2M n'aurait vraiment pas bonne presse s'il ne servait qu'à faire du contrôle. C’est pourquoi il a une autre facette plus sympathique avec l'explosion de nouveaux services qui sont utiles aussi bien pour les entreprises que pour les utilisateurs que nous sommes.

Pour reprendre l'exemple de la distribution automatique, le M2M permet d'optimiser les tournées d'approvisionnement des distributeurs et également de rendre un meilleur service aux consommateurs.

Il est à noter que le basculement vers le M2M a un impact non négligeable sur le fonctionnement de l'entreprise tant du point de vue organisationnel que social. Certains postes de travail doivent en effet être redéployés... La communication entre machines peut également servir à connaître en temps réel la géolocalisation d'une flotte de transporteurs.

Si nous revenons un instant sur l’aspect médical, le m2m peut permettre :

  • de suivre le transit des médicaments depuis leur lieu de stockage jusqu'à la pharmacie qui le vendra tout en ayant une traçabilité complète sur la chaîne du froid.
  • d'être rassuré : ma mère peut continuer à vivre chez elle toute seule malgré son grand âge, et je reçois un message sur mon mobile qui m'indique que l'infirmière est bien passée s'en occuper ce matin.
  • de récolter régulièrement des informations sur le rythme cardiaque d'un patient ayant un pacemaker.

au final, l'humain reste le principal acteur

En cas d’urgence, des alertes sont envoyées pour prévenir d'un dysfonctionnement. Par exemple, les gestionnaires de la distribution automatique peuvent visualiser sur un portail dédié les alertes sur les distributeurs pour lesquels il n'y a plus suffisamment de produits en rayon. Le cardiologue peut visualiser l'état de ses patients et détecter une anomalie depuis le portail dédié à leur suivi, accessible en ligne. Les alertes peuvent également être envoyées sous forme de SMS ou d'e-mails, voire de messages vocaux.

Au bout du long tunnel du M2M, c'est à l'humain que revient l'analyse et la décision d'agir. Dans un prochain billet, j’expliquerai comment transformer l’innovation M2M en succès commercial.

Laurent

Crédit photo : © MR.LIGHTMAN - Fotolia.com

Laurent Bouskela

Chef de produit spécialisé dans les domaines de l’IoT et la santé connectée au sein de la division Innovation, Marketing et Technologies (IMT) d’Orange et Responsable du groupe de travail « Market Adoption » pour la Personal Connected Health Alliance(PCHA)/Continua, je suis convaincu que l’interopérabilité des systèmes de santé peut contribuer au développement du marché de la e-santé, ce qui permettra aux citoyens de rester en meilleure santé tout en réduisant les coûts de nos systèmes de soins.