compliance ou l'histoire sans fin

Partager

Impossible à ce jour de consulter un magazine ou un blog financier sans tomber sur un article consacré à la notion de « gouvernance, gestion du risque et conformité » [compliance]. Il semblerait que les organes de réglementation aient été particulièrement prolifiques ces derniers mois. C’est ainsi qu’avec les normes Bâle II par exemple, les cadres bancaires sont désormais responsables de la mise en œuvre d’un plan de continuité d'activité sûr.

La crise ou les scandales récents peuvent-ils néanmoins suffire à expliquer cette panoplie de nouvelles règles ? Il semblerait que non. Les méthodes et outils utilisés aujourd’hui par les traders n’ont plus grand-chose en commun avec ceux encore en usage il y a 5 ans.

L’introduction dans la sphère financière de nouveaux médias tels que la messagerie instantanée, qui représente aujourd’hui 70% de l'activité en amont de la négociation, signifie que les sociétés financières doivent faire preuve de vigilance vis-à-vis de ces échanges. Ces derniers doivent être enregistrés, de la même manière que l'étaient autrefois les échanges de voix traditionnels effectués par le biais de la tourelle. Il en va de même pour les e-mails et les communications via des téléphones mobiles. La suppression de l’exemption d’enregistrement des conversations mobiles par l’autorité des services financiers britanniques (FSA) illustre à son tour l’évolution des pratiques financières.

Les vidéos et les réseaux sociaux étant de plus en plus largement considérés comme des outils de négociation potentiels, nous pouvons nous attendre à ce que les organes de réglementation prennent rapidement des mesures applicables à ces nouveaux médias en vue de garantir leur conformité et leur traçabilité. D’ailleurs, en ce qui concerne les vidéos, l’enregistrement de flux vocaux ne suffit sûrement pas à garantir la conformité, 2/3 de la communication humaine étant non-verbale, une proportion qui tend même à augmenter dans les pays méridionaux.

Ce phénomène engendre toutefois deux conséquences intéressantes : Ces nouveaux médias vont tout d'abord donner naissance à un nouveau format de données qu'il faudra stocker, voire compresser, au vu de leur taille en mégaoctets. La quantité considérable de ces nouvelles données va ensuite impliquer la mise en œuvre de nouveaux outils d’analyse permettant de retrouver un enregistrement spécifique le plus facilement possible le jour où celui-ci est requis par l'autorité de réglementation. De nouvelles solutions sont ainsi mises à disposition : transcription de voix en texte, étiquetage de mots-clés et analyse de voix, pour ne citer qu’elles. Ces outils d’analyse restent cependant lourds à mettre en œuvre et nécessitent des études préliminaires méticuleuses.

Verdict : les nouveaux médias face à la conformité, la bataille a-t-elle commencé ?

Nicolas Jacquey
Thierry Charvet

Head of Marketing & Strategy at Orange Trading Solutions in Paris