e-santé : la prévention dans tous ses états

Partager

la prévention qu’est-ce que c’est ?

Je vais faire un peu ma professeure de français. Dans le dictionnaire, la prévention désigne « l’ensemble des dispositions prises pour prévenir un danger, un risque, un mal » c'est-à-dire quand on s’intéresse à la prévention en santé, « l’ensemble des moyens médicaux et médico-sociaux mis en œuvre pour empêcher l’apparition, l’aggravation ou l’extension des maladies ou leurs conséquences à long terme ».

On peut la décliner en 3 catégories :

  • La prévention primaire : elle couvre à la fois la diminution du nombre de nouveaux cas d’une affection donnée, la modification du comportement des personnes (tabagisme, alcoolisme…) et la promotion du bien-être.
  • La prévention secondaire qui vise à réduire la gravité d’une maladie que l’on ne peut pas empêcher d’apparaître et sa durée d’évolution en la diagnostiquant le plus tôt possible (= dépistage).
  • La prévention tertiaire qui intervient lorsque la maladie est installée pour éviter sa récidive ou sa complication.

la prévention en France, quel budget ?

Aujourd’hui en France, les dépenses de prévention représentent 6,5% des dépenses totales de santé, d’après une estimation de l’IRDES et de la DRESS, c'est-à-dire… presque rien !

Cela s’explique principalement par  les orientations prises par l’Etat français depuis 1945. Avec les progrès de la médecine, le système s’est tourné majoritairement vers la médecine curative aux dépens de la prévention.
Pourtant, la prévention, ça marche ! Pour exemple, la campagne « les antibiotiques, c’est pas automatique » de l’Assurance Maladie a comptabilisé une basse cumulée de 23% de la consommation d’antibiotiques soit une économie de 850 millions d’euros.

la prévention, vers où va-t-on ?

On l’a vu précédemment avec l’exemple de l’Afrique du Sud, des initiatives de plus en plus originales autour de la prévention santé se mettent en place à l’étranger. Cela part, à mon avis, de la tendance de fond qui se confirme depuis quelques années autour du quantified self et de la volonté de plus en plus de personnes de prendre soin d’elles.

Pour autant en France, la prévention reste un peu dans les starting blocs. Les mutuelles sont les premières intéressées et donc les premières à sortir du bois : Harmonie Mutuelle a mis en place un site dédié et Axa également. Axa propose même des applications pour tester votre forme ou faire des jeux de mémoire mais cela ne va pas plus loin que ça…

A quand l’interconnexion avec les objets de quantified self et les objets connectés?

Caroline

crédit photo : © Rudie - Fotolia.com

Caroline Crousillat

Spécialiste de la communication digitale, je donne vie à Orange Healthcare sur les réseaux sociaux jours après jours. Geekette dans l'âme, je reste à l'affut de toutes les nouvelles applications des technologies dans la santé mais aussi dans d'autres domaines.