numérique, Internet, prospectives... arsenic et vieilles dentelles

Partager

C'était l'intitulé de la conférence co-animée par Jean-Michel Planche (Président et co-fondateur de Witbe) et Eric Walter (Secrétaire Général de la HADOPI). Un intitulé intrigant, un duo inattendu d'orateurs, des éclairages hors des sentiers battus...

Internet devient un enjeu mondial tant sur le plan de la technique, que celui de l'économie ou de la politique. Des exemples ? Le passage à l'IPV6 déjà très prégnant en Asie annonce l'ère de l'internet des objets... Le rôle prépondérant joué par les médias sociaux dans les révolutions arabes...Jean-Michel Planche nous apporte son éclairage sur les enjeux de l'Internet dans le monde, les risques et les opportunités pour les opérateurs.

numérique : de quoi parle t'on?

Quand on parle de "numérique", on y pense souvent en terme d'économie du numérique. Mais le numérique c'est aussi de la Technologie, de l'Internet dans un sens bien plus large que celui du "net" ou encore du "web". Dans l'esprit des ayant-droits ou des maisons de diffusion de contenus traditionnels, le numérique est souvent une façon différente de faire les mêmes choses, moins chères avec un avantage économique accru... mais on n' y inclut pas la notion d'éducation par exemple. Par ailleurs, dans la plupart des esprits, le numérique est souvent porteur de problèmes, d'investissements supplémentaires dans les infrastructures, de déplacement de valeur, de trains manqués (sauf peut-être en Asie ou aux Etats-Unis)...

l'Internet n'est pas un simple réseau de diffusion

Quand on appréhende un phénomène nouveau comme le numérique, on active curieusement les mêmes raisonnements pour arriver aux mêmes conclusions, comme une répétition de l'histoire : on se pose toutes les mauvaises questions de régulation, de contrôle, d'opérateurs versus les contenus, de distribution versus les intermédiations... Au final on rate sa réelle dimension de "télécommunication".

L'Internet doit être pensé en terme de flux tournés vers les autres, ou le réseau est primordial pour favoriser l'échange, la circulation des données et des contenus. Penser les réseaux comme moyen de télécommunication permet de relier les hommes, échanger, inventer, innover, de façon à ce qu'ils puissent créer de la valeur ensemble.

un monde d'abondance

Avec le numérique, on passe dans un monde de l'économie de l'abondance où les modèles sont complètement différents... Le tort serait, selon Jean-Michel Planche, de raisonner "en mode économie de rareté" pour soi-disant recréer de la valeur et au final rater la grande marche du numérique. "Penser dans un mode d'inversion des valeurs" nous explique Jean-Michel Planche : en opposition au mode de centralisation de l'intelligence, l'Internet c'est l'intelligence répartie, la symétrie des usages, la prise en considération de l'expérience utilisateur.

Et c'est là que se trouve la difficulté de l'opérateur, d'exister entre les réseaux gérés et les réseaux non-gérés ; "if it's not opened, it's not internet" reprend le président de Witbe, citant ainsi un des fondateurs de l'Internet. Il semble d'ailleurs que ces "vieux pères" se soient remis au travail pour imaginer un nouveau protocole Internet, un Internet pensé pour le contexte actuel... www.geni.net

donner du sens

Il faut donner du sens à ce que qu'on veut faire dans le numérique... Des innovations à suivre ? ATAWAD (AnyTime, AnyWhere, AnyDevice), le big data, l'internet des objets, la "shazamisation", tout ce qui recrée du sens entre le monde réel et le monde virtuel ou encore la nouvelle télévision qui permet de créer un flux video qui se regarde sur differents supports.

Un exemple concret : prendre la photo d'une oeuvre dans un musée (encore interdit!) et depuis cette photo pouvoir en apprendre plus sur l'auteur, l'oeuvre... "Découvrir, recréer du sens sur des choses que l'on observe et pas seulement sur des choses que l'on trace". Le numérique c'est un moyen, jamais un but, qui repose sur des fondamentaux : l'utilité, le plaisir, l'émotion et surtout l'expérience de l'utilisateur. Et aujourd'hui, les réseaux sont prêts pour cela, même si la fibre optique a du mal à être déployée...

être opérateur et survivre dans cet univers très difficile

"Il est indispensable d'avoir des serveurs et les services hébergés dans un pays, et non pas être seulement un pays de consommateurs" nous explique Jean-Michel Planche. Le roi logiciel fait un retour en trombe dans la Silicone Valley, d'autant plus vrai aujourd'hui où on a besoin de contrôler les chose "over-the-top". C'est pourquoi Apple et Oracle, par exemple, sont en train de "rappeler" des anciens développeurs et misent fort sur ce metier, sur les" très bons du logiciel"... Et de reprendre une citation d'Omar Aktouf " l'intelligence est dans la formulation des problèmes, pas dans la recherche des solutions de problèmes posés".

Il y aurait selon Jean-Michel PLanche 2 modèles qui se dessinent à nous : le modèle "gratuit" Google en tant qu'opérateur d'infrastructures ; le modèle payant d'Apple, les rois du soft et du hub électronique.

En France, on n'est pas en reste et il y a d'autres endroits où le changement se pense, en particulier à la Hadopi...  A suivre dès mercredi 21 décembre en lisant l'intervention d'Eric Walter Secrétaire Général de la HADOPI.

Pascal Adam

Au sein de l'équipe communication digitale externe d'Orange Business Services, je suis en charge de l'animation éditoriale du blog cloud computing et des newsletters thématiques envoyées à nos clients et prospects. Intéressé par tous les usages en mobilité, je partage aussi les expériences, les réflexions ou les perspectives recueillies lors de conférences ou salons sur le blog usage d'entreprises.